La référence des professionnels
des communications et du design

La radio atteint 90% de la population sur une base hebdomadaire

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Si l'attention médiatique est souvent tournée vers le numérique et la mobilité, la radio continue d'avoir une portée non négligeable au Canada comme aux États-Unis.

Ce sont les conclusions de Lauren Richards, directrice de Pollin8 Communications, de l'analyse de diverses études sur la radio, dont Radio Engagement in Canada (automne 2012), les sondages BBM et radioGAUGE.

En effet, la radio atteint plus de 90% de la population sur une base hebdomadaire, tout juste derrière la télévision. Selon Lauren Richards, dont la conférence Radioahead était présentée la semaine passée à Montréal et à Toronto (à l'initiative de l'Association canadienne des radiodiffuseurs), il s'agit encore d'un bon véhicule pour toucher les consommateurs. Il doit donc continuer d'être intégré aux plans médias 360.

Paradoxalement, les statistiques sur l'investissement publicitaire en radio ne semblent pas refléter son efficacité: il ne représente en moyenne que 6% du budget, alors que sur 100 heures de consommation média, 14 sont consacrées à l'écoute de la radio, ce qui témoigne d'un déficit de 52%.

Pourtant, la radio présente plusieurs avantages pour les annonceurs, selon Lauren Richards. Les données recensées par cette dernière montrent que les publicités radio sont parmi les moins évitées: seulement 31% des auditeurs les ignorent (inversement, les fenêtres publicitaires en ligne sont ignorées de 74% des consommateurs). De plus, leurs ritournelles sont efficaces: par exemple, deux personnes sur trois reconnaissent McDonald's dès les deux ou trois premières secondes de son jingle.

La radio offrirait aussi une bonne proximité d'achat: dans la demi-heure précédant celui-ci, 22% des consommateurs ont écouté la radio, ce qui la place devant la télé ou les imprimés, par exemple. 

Elle tire cependant encore de l'arrière au chapitre de la webdiffusion et des avancées numériques: seuls 18% des auditeurs l'ont écoutée sur un ordinateur au cours du dernier mois. Ce pourcentage chute à 6% sur téléphones intelligents et 3% sur tablettes.

Lorsqu'on observe la consommation de la radio en ligne au quotidien, ce taux descend encore à 4%, alors qu'il se chiffre à 18% chez les Américains. Cette différence est notamment attribuable au fait que des services d'écoute de radio en ligne comme Pandora (toujours indisponible au Canada) ne sont toujours pas répandus ici.

comments powered by Disqus