La référence des professionnels
des communications et du design

Jean-Philippe Dugal, la fibre artistique

Jean-Philippe Dugal, designer en chef de Tuxedo.

Infopresse propose des portraits de jeunes professionnels de l'industrie à surveiller: cette semaine, focus sur Jean-Philippe Dugal, designer en chef de Tuxedo.

Jean-Philippe Dugal, qui a commencé sa carrière en tant que designer graphique au sein de l'agence Groupe Rinaldi, a appris son métier sur le terrain après des études en coordination publicitaire au Cégep de Jonquière. Malgré sa créativité et sa soif d'apprendre, il s'est rendu compte que sa formation ne correspondait pas à ses intérêts.

Il a donc entrepris un baccalauréat en design graphique à l'Uqam, en parallèle à son emploi à temps plein, à raison d'un cours par session. «Je considère mes études comme une source d'inspiration constante. Je regarde le talent de mes professeurs, et cela me pousse à m'améliorer.»

Jean-Philippe Dugal a toujours ressenti une fibre artistique. «J'ai constaté que j'aimais concevoir un projet artistique, mais sous commande, c'est-à-dire selon certains critères préétablis. Ensuite, j'ai vu que cette passion cadrait parfaitement avec le métier de designer graphique.»

Après une année 2012 faste en distinctions, où il a été couronné d'un Grand Prix Créa et du titre de Best Editorial Design par les magazines How Design et Coupe, Jean-Philippe Dugal a obtenu un Grand Prix Grafika en février dernier pour la conception du livre 30 passions en 30 minutes.

Malgré ces nombreuses récompenses, ce dont il reste le plus fier demeure la réalisation de ce volume. Le projet représente une belle collaboration entre l'équipe de Tuxedo et sa cliente, Pascale Haudegand, gestionnaire et thérapeute de Cochez santé. Celle-ci lui a donné carte blanche en matière de créativité: «En plus d'être intéressant, le concept visait à contribuer à la Société de leucémie et lymphome du Canada.»

Son rêve? Concevoir l'identité d'un aéroport. Avec ce type de projet, le défi réside dans la maîtrise du langage universel, la signalétique et la symbolique des couleurs. «Il faut bien comprendre les cultures ainsi que la manière dont les gens s'orientent, afin de livrer un message universel.»

Le jeune designer entrevoit l'avenir de son métier avec confiance et optimisme. Selon lui, le métier évolue constamment: «Je souhaite toujours en apprendre plus, car je dois connaître les facettes des différentes plateformes. Des campagnes peuvent être déclinées autant sur iPad que dans un magazine, alors il faut pouvoir s'ajuster.»

Retrouvez ce portrait dans le plus récent numéro du magazine Infopresse, actuellement en kiosque et offert en édition tablette.

comments powered by Disqus