La référence des professionnels
des communications et du design

Retour sur les délibérations du jury de Créa

Marc Fortin, vice-président et directeur de création de Lg2, et président du jury Créa. Photo: John Londono.

Marc Fortin, vice-président et directeur de création de Lg2, et président du jury, revient sur les délibérations du jury.

Cette année, avec les Éditions Infopresse, quelle a été la direction donnée pour le choix du jury?
Je voulais un jury responsable, composé de gens matures, capables de mettre leurs allégeances de côté pour regarder froidement les pièces soumises. Il était important pour moi qu'ils puissent déterminer, catégorie par catégorie, celles représentant le meilleur de la création cette année, tout en demeurant conscients des coefficients de difficulté. Je souhaitais également un jury généreux. Pas pour donner plus de prix, mais pour s'assurer que le meilleur dans chaque catégorie allait être récompensé.

Les délibérations ont-elles été corsées?
On aurait pu se lancer dans d'interminables débats, mais les pièces se sont plutôt distinguées d'elles-mêmes, naturellement. J'ai été vraiment impressionné par le travail du jury. Il a été efficace, intelligent et respectueux.

Avez-vous été surpris ou déçu par certaines catégories?
Sans dire que la qualité n'était pas au rendez-vous, il y a eu trop peu de soumissions dans les imprimés, autant en magazine qu'en journal. Ça s'explique par plusieurs facteurs, mais cela demeure décevant. À l'inverse, on voit de plus en plus de nouvelles choses et de projets de qualité en interactif. Il y a aussi eu beaucoup de bonnes pièces films, télé et hors télé.

Pourtant, le jury n'a pas décerné de Grand Prix en campagne télé?
Je crois que c'est circonstanciel. Il y a eu de très bonnes exécutions, comme en font foi les prix attribués et les shortlists. Mais en campagne, le niveau des pièces est parfois inégal, ce qui fait que dans l'ensemble, aucune n'a vraiment réussi à sortir du lot.

À la lueur des délibérations, si vous aviez un message à envoyer à l'industrie, quel serait-il?
Ce n'est pas mon rôle d'envoyer un message, et ce serait un peu prétentieux de le faire, compte tenu de la réalité de chacun. Mais ce que je souhaite pour le Québec, c'est qu'on continue d'augmenter notre niveau d'exécution, car j'ai l'impression que nous pouvons être encore meilleurs. On doit continuer de rechercher l'intelligence et la créativité, mais il faudrait aussi redonner ses lettres de noblesse à la simplicité. Alors que le consommateur est bombardé par toutes sortes de renseignements, on a trop souvent tendance à compliquer les choses.

En 2013, la publicité est-elle toujours pertinente?
Elle est essentielle. Aujourd'hui, les consommateurs, les Québécois en particulier, agissent beaucoup avec leur coeur. Les arguments rationnels sont importants, mais l'amour pour une marque va au-delà des attributs d'un produit ou d'un service. Il y a une question d'émotions. Et la créativité représente un outil qui permet de les toucher, de devenir une marque appréciée. Loin d'être un luxe, la pub a un impact certain sur le succès en affaires.

comments powered by Disqus