La référence des professionnels
des communications et du design

SXSW: rétrospective des experts québécois

Tim Wong, président et fondateur de FabCafe, derrière un imprimeur 3D à 1300$.

Austin - Cinq experts du Québec, présents à South by Southwest (SXSW), dressent l'état des lieux à partir des faits marquants et des principales tendances.

* Jan-Nicolas Vanderveken, président et fondateur de TP1: «L'impression 3D est un grand incontournable. On en parlait à l'agence depuis un moment, mais c'est ici, avec des conférenciers de haut niveau comme Ping Fu et Jason Silva, que j'ai vraiment saisi l'ampleur et le potentiel du phénomène. Avec des prix de plus en plus bas, les appareils deviennent progressivement accessibles à l'ensemble. Bientôt, quiconque avec une idée pourra y donner forme sans devoir passer par des fabricants industriels. Cela permet d'aller à l'encontre de l'entropie des gouvernements et des grandes entreprises, et de libérer la créativité. Les possibilités sont énormes et touchent de multiples sphères de la société, du design à l'éducation et à la santé. Comme certains l'ont formulé: avec la numérisation, les bits sont les nouveaux atomes.»

* Étienne St-Denis, directeur artistique interactif de Sid Lee: «Une des grandes tendances cette année relève du concept de la réduction des interfaces. On retrouve dans nos vies de plus en plus d'outils et, si l'on veut les utiliser, on doit faciliter les périodes d'adaptation et d'apprentissage. Pour cela, le design doit être pensé en fonction de son application concrète. Peu importe le produit, il faut réfléchir à réduire au minimum le nombre de gestes à poser à chaque étape de l'utilisation. L'expérience en ligne ou hors ligne doit être le plus fluide et intuitive que possible.»

* Jean-François Houle, directeur de création de Tank: «J'ai été marqué par l'idée de l'entreprise en démarrage Bricktrend, qui propose une solution pour ramener l'expérience et le succès du virtuel vers le commerce au détail. Simplement, grâce à sa technologie, elle souhaite recréer l'esprit du magasin général, où le marchand connaissait bien ses clients. Simplement, il s'agit d'abolir les frontières communicationnelles des deux mondes. D'utiliser les données et les processus du web pour favoriser une approche personnalisée, mais aussi étendre le service à la clientèle en ligne. Autrement dit, l'on vient boucler la boucle.»

* Matthieu Stréliski, stratège en médias sociaux de l'ONF: «J'ai été marqué par Leap Motion, une entreprise émergente qui rend accessibles la virtualité par un tout petit sensoriel qu'on place devant son clavier. Grâce à celui-ci, on peut ainsi interagir à distance avec son écran avec des mouvements extrêmement précis, qui permettent, par exemple, d'écrire avec son doigt. C'est du Kinect sur stéroïdes! Une belle vision de l'interactivité sans contact, sans câble, qui nous laisse présager que nous allons franchir un nouveau passage par rapport à l'interaction avec l'ordinateur.»

* Dominic Gagnon, président de Piranha: «Sur le plan des tendances de fond, l'on voit une importante diminution des conférences concernant les grands réseaux sociaux. L'an dernier, Facebook et Twitter étaient des sujets récurrents, alors que cette année, on n'en entend presque plus parler. À l'opposé, des plateformes telles qu'Instagram, Vine et Foursquare sont beaucoup plus d'actualité. On observe donc un important virage du social vers l'appareil mobile. D'ailleurs, s'il y a un grand sujet tendance cette année, c'est la mobilité.»

Afin de rendre compte des faits saillants qui marquent l'événement, Infopresse s'est jointe pendant une semaine à la délégation de l'Association des agences de publicité du Québec pour vous faire vivre les coulisses de SXSW 2013.

comments powered by Disqus