La référence des professionnels
des communications et du design

Shawn Bedford revient sur le jury

Shawn Bedford, associé et vice-président, création, de Gauthier. Photo: Raphaël Ouellet

Shawn Bedford, président du jury de cette 16e édition, parle de l'importance de récompenser le meilleur, tout en remettant en évidence les qualités d'une bonne pièce de communication.

En tant que président, vous avez participé à la mise sur pied de la nouvelle formule du concours. Quelle était votre vision?
Je suis ravi d'avoir fait partie de son évolution. Je suis aussi content que nous ayons revu les critères, en valorisant la pertinence et l'efficacité. Pour moi, le design graphique est au service des entreprises, d'abord et avant tout. C'est la clé de notre métier: on ne fait pas du beau pour du beau. Les étudiants qui viennent travailler avec nous à leur sortie de l'école s'en rendent compte rapidement. Une pièce de design graphique n'est pas une oeuvre d'art. Elle répond à une commande, et notre rôle est de satisfaire celle-ci le mieux possible. On ne peut pas s'investir de la mission de changer le monde. Cela dit, certains clients le permettent parfois et c'est tant mieux!

Parce qu'il s'agit toujours ici de récompenser le meilleur.
En effet! Comme designer, on devrait d'ailleurs toujours essayer d'amener notre client plus loin. Généralement, il a quelque chose en tête, ce qu'il a déjà vu! Mais il faut faire mieux que du réchauffé! Souvent, l'on y arrive, et souvent, l'on n'y arrive pas. C'est notre métier. De là, l'importance d'être inspiré. C'est ce qui fait qu'on évolue, qu'on avance.

Qu'avez-vous pensé du nouveau système de pointage?
Le concours a récompensé au fil des ans de superbes projets. Ce qui me plaît, cette année, c'est qu'on n'a pas eu à retrancher des pièces importantes parce qu'il en fallait un certain nombre par catégorie. On a ainsi couronné sept logos. C'est génial, du jamais vu! Selon moi, cette nouvelle méthode permet de vraiment juger les pièces pour ce qu'elles sont - indépendamment des autres - et laisse aussi plus de place à l'instinct. Les jurés étaient seuls faces à eux-mêmes et ne pouvaient s'influencer.

Les discussions étaient réservées à l'attribution des Grands Prix. Comment cela s'est-il déroulé?
Le débat se prêtait parfaitement à cette tâche. Les intérêts et connaissances de chacun ont alors pris leur importance.

Vous êtes donc satisfait de votre jury?
Oui! Et je crois que ça a été une bonne idée d'y inclure un annonceur. Jade Beaudin, conseillère en communication d'Hydro-Québec, s'est imprégnée de design comme jamais. Tous nos clients devraient pouvoir vivre ça!

comments powered by Disqus