La référence des professionnels
des communications et du design

Pour Pixar, les bonnes idées viennent de partout

Jay Shuster, directeur artistique de Pixar, à Emeryville aux États-Unis, sera conférencier invité à la journée OFF 2013.

Infopresse s'entretient avec Jay Shuster, directeur artistique de Pixar et conférencier à OFF 2013, sur le processus créatif, le succès et les forces à l'oeuvre dans le studio californien. 

S'il n'y avait qu'une pratique à retenir et à appliquer du processus créatif chez Pixar, quelle serait-elle?
Nous avons la ferme conviction qu'il n'y a jamais qu'une solution à un problème, que celui-ci doit être envisagé sous plusieurs angles et par différentes personnes. Évidemment, ça allonge le processus créatif et le rend plus dispendieux, mais le jeu en vaut la chandelle. De nombreux films de Pixar ont été considérablement améliorés grâce à cette vision inclusive de la résolution de problèmes. Mon conseil serait alors de ne jamais discriminer l'idée ou le point de vue d'un employé en fonction de son rang dans l'entreprise; les bonnes idées viennent de partout dans l'organisation.

Comment faire le pont entre création de qualité et succès commercial?
Les questions de rentabilité et de succès commercial sont complètement évacuées des remue-méninges chez Pixar. L'objectif est réellement de créer un récit de qualité dont toute l'organisation sera fière; les réalisateurs de nos films disparaissent, souvent pendant plus d'un an, afin d'écrire leur prochain film, le peaufiner et en faire un projet rassembleur pour tout le studio. Une fois écrit, et sa production démarrée, un film réunit des armées d'animateurs, d'artistes et de designers, mais également des équipes de marketing et de communications qui mettent l'épaule à la roue afin de livrer un produit créatif de qualité. Il se crée un véritable engagement et une grande fierté envers le projet. Ce sont, selon moi, les véritables clés pour qu'un projet créatif connaisse le succès.

Quelle est la principale force à l'oeuvre chez Pixar?
Notre processus de production diffère de ceux de nos compétiteurs en ce sens où le chemin entre l'idéation d'un film et le soir de sa première est loin d'être linéaire. L'objectif est de permettre à un récit de grandir de façon organique au cours du cycle de production. Cela peut vouloir dire des pauses et des reprises abruptes ainsi que des horaires atypiques dictés par une histoire en processus continu d'évolution. La seule constante, et notre principale force, est donc le changement, ce qui crée une équipe qui ne se satisfait pas de compromis. Évidemment, ce genre de prémisse demande beaucoup de temps, de patience et quelques nuits blanches.

Jay Shuster, conférencier à OFF 2013, sera joint sur scène par Susan Cain, auteure de l'essai Quiet: The Power of Introverts In A World That Can't Stop Talking, Jean-Baptiste Michel et Erez Liberman Aiden, mathématiciens de l'Université Harvard, Neil Harbisson, artiste multidisciplinaire et fondateur de The Cyborg Foundation, ainsi que Pam Warhurst, cofondatrice d'Incredible Edible. Mathématiques, introversion, technologies, folie créative et initiatives locales; les nouveaux pouvoirs des entreprises d'aujourd'hui y seront analysés.

OFF, une initiative des Éditions Infopresse, est présentée par W.illi.am/, en association avec la Société des arts technologiques, le Conseil des relations internationales de Montréal, l'Association des agences de publicité du Québec, l'Association canadienne des annonceurs, en partenariat avec The Gazette et La Presse.

comments powered by Disqus