La référence des professionnels
des communications et du design

Bruno Florin, autodidacte polyvalent

Bruno Florin, directeur artistique de CloudRaker

Infopresse propose des portraits de jeunes professionnels de l'industrie à surveiller: cette semaine, focus sur Bruno Florin, 28 ans, directeur artistique de CloudRaker.

En plus d'être directeur artistique, Bruno Florin est réalisateur et photographe, en plus de concevoir des projets web à ses heures. Tout ça, comme il le dit, en ayant «appris sur le tas». «Je suis un autodidacte et j'aime toucher à plusieurs choses à la fois. Je déteste les codes dans le milieu professionnel qui campent les gens dans des rôles définis et qui, en bout de piste, limitent l'expression du talent.» Français d'origine, il a d'ailleurs connu de ces cadres plus «traditionnels», notamment chez JWT Paris, où il a commencé en pub. Engagé initialement pour concevoir des bannières web, il y a vite été nommé directeur artistique et a pu faire ses armes dans des campagnes et microsites de marques telles que Rolex, Nokia, Unicef et Kit Kat. Il a aussi mérité un Prix du Club des DA (un concours de création en France) grâce à un projet web pour la marque Extrême de Nestlé. En parallèle, il exerçait son autre passion: la vidéo. Il a réalisé ses premiers reportages pour Sneakers.fr et le magazine en ligne Style de vie BKRW, et a travaillé avec des artistes de renom, comme JR. En débarquant au Québec, en 2010, il a enfin obtenu la chance de combiner ses passions dans un cadre professionnel, alors qu'il a été engagé chez CloudRaker. «Quand j'y suis arrivé, alors qu'elle évoluait de plus en plus vers une agence de contenu, on ne m'a pas donné de case précise. J'ai été embauché en tant que directeur artistique, mais aussi pour mes connaissances web et mes goûts de vidéaste. Une partie de mon temps a même été consacrée à la réalisation de films pour son magazine numérique The Rake.» Depuis, de grandes réalisations se sont greffées au curriculum de Bruno Florin. En plus d'avoir travaillé pour plusieurs campagnes locales, il a entre autres signé pour l'agence la réalisation de The Digital Citizen, un documentaire de 20 minutes sur l'activisme à l'ère du web. Puis, il a été derrière l'idée de l'application de photoséquences ActionShot, jadis connues sous le nom de Nabit, téléchargée plus de deux millions de fois dans le monde.

Retrouvez ce portrait dans le plus récent numéro du magazine Infopresse, actuellement en kiosque et offert en édition tablette.

comments powered by Disqus