La référence des professionnels
des communications et du design

C'est le téléspectateur qui décide

Global propose les épisodes sur son site dès le lendemain de leur télédiffusion

Dans la dernière édition d'Infopresse, Nathalie Collard parle des nouvelles façons de regarder la télé qui affranchissent désormais le téléspectateur.

Il y a plusieurs années, l'on parlait avec une certaine anticipation de ce jour où les téléspectateurs deviendraient leur propre directeur de programmation. Ils allaient décider de ce qu'ils regarderaient et du moment où ils le regarderaient. Le pouvoir des directeurs de programmation des réseaux de télévision, qui avaient le dernier mot sur la grille, allait finalement leur revenir.

Eh bien, ce jour est arrivé. Pensez-y un instant. Qu'avez-vous regardé à la télé cette semaine? L'avez-vous regardé en direct où sur Tou.tv, sur le site web de l'émission ou sur votre enregistreur numérique?

Sauf pour des moments bien précis - soirée électorale du 4 septembre dernier, débats lors de la campagne présidentielle américaine ou encore témoignages devant la Commission Charbonneau -, les gens regardent de moins en moins la télévision en direct. Cette tendance s'accentue depuis plusieurs années et elle se reflète désormais dans les cotes d'écoute.

Ainsi, cet automne, pour la première fois, les cotes liées aux enregistreurs numériques ont surpassé l'écoute de la télévision en direct aux États-Unis. Un exemple cité par le magazine TV Guide montre que le soir du 25 septembre, la série Vegas a attiré 3,4 millions de téléspectateurs de 18-49 ans. Puis, l'émission Private Practice a intéressé 2,5 millions de personnes du même groupe d'âge, et la série Parenthood a rassemblé 2,4 millions d'individus. Les chiffres en direct de ces trois émissions ont toutefois été surpassés par ceux avec l'enregistreur numérique. En effet, ce soir-là, huit millions de téléspectateurs ont visionné une émission qu'ils avaient préalablement enregistrée.

On évalue qu'en un an, l'utilisation de l'enregistreur numérique a augmenté de 30%. Tous ceux qui analysent les cotes d'écoute l'ont remarqué et ils cumulent désormais deux statistiques: l'écoute en direct et celle en différé.

Du point de vue du téléspectateur, cette nouvelle technologie est tout simplement géniale puisqu'elle lui permet de choisir le moment où il regardera son émission préférée.

Bien sûr, ce nouveau mode de gestion de l'écoute télé ne fait pas le plaisir de tous. Les producteurs ont promis aux annonceurs un nombre X de téléspectateurs à un moment donné. Le problème, c'est que ces téléspectateurs en font désormais à leur tête. Ils ne sont plus captifs. D'où les nouvelles stratégies pour encourager l'écoute de la télé en direct, comme les séances de twivage en compagnie d'un animateur.

De son côté, Tou.tv impose trois séries de publicités par-dessus lesquelles on ne peut pas accélérer. Mais au fond, l'on sait bien que ces tentatives ne renverseront pas une tendance de plus en plus forte. Dans ce cas-ci, le téléspectateur a définitivement le dernier mot!

Retrouvez cette chronique dans la plus récente édition du magazine Infopresse, actuellement en kiosque, ainsi que dans sa version tablette.

comments powered by Disqus