La référence des professionnels
des communications et du design

Manifeste pour un Québec numérique

Le groupe initiateur du document
Cliquez pour accéder au rapport Un Québec numérique: qu'attendons-nous?

Un regroupement de personnalités phares du Québec numérique a publié un rapport pour que le Québec se dote au plus vite d'un plan numérique.

«Il y a 20 ans, le Canada se classait cinquième au monde par rapport au développement numérique, et le Québec y était à l'avant-garde. Aujourd'hui, les Canadiens se retrouvent au 10e échelon, et le Québec est 15e. Il faut se réveiller!, a souligné l'artiste et philosophe Hervé Fisher, un des 13 membres, lors du dévoilement du rapport Un Québec numérique: qu'attendons-nous? Avec lui, faisant front commun: Michelle Blanc, Monique Savoie, Michel Cartier, Michel Choinini, René Barsalo, Monique Chartrand, Jean-François Gauthier, Vincent Gautrais, Claude Malaison, Mario Asselin, Cyrille Béraud et Sylvain Carle (par Skype); qui en ont assez de la situation actuelle.

«Il existe un ministère pour le tourisme, une industrie qui compte pour environ 10 milliards$ de revenus, mais pas pour le secteur des technologies de l'information, qui, pourtant, en génère 25 milliards$, dont 30% sont exportés aux États-Unis, déplore Michelle Blanc, consultante et auteure en stratégie web, marketing internet et médias sociaux. Sans compter l'importance sociétale et culturelle que représente le numérique, il faut aussi voir que l'enjeu économique est majeur. D'ici 2016, l'organisme Boston Consulting Group prédit que l'économie du numérique comportera un potentiel de croissance de 4,2 billions$. Si l'on veut en faire partie, il faut agir vite, car nous ne sommes pas dans une position avantageuse.»

À ce sujet, le groupe a dévoilé un rapport de 30 pages qui offre une vision et des suggestions quant au déploiement d'un plan numérique au Québec. Il articule notamment six demandes en guise de proposition: création d'une Agence du numérique qui relèverait de l'Assemblée nationale; coconstruction d'un Plan numérique avec l'ensemble des acteurs de la population; création d'un Conseil national du numérique qui serait formé des représentants reconnus de l'ensemble des secteurs et de la société civile; création d'un forum de participation indépendant du gouvernement; investissement prioritaire dans le savoir et déploiement de réseaux à très haute vitesse, gérés selon les règles de l'Open access.

«Notre document n'est pas un plan numérique, mais surtout un appel à l'action et à la collaboration, ajoute Hervé Fisher. Nous espérons toucher à toutes les sphères de la société et les encourager à embrasser la cause. Nous avons déjà constaté de l'ouverture du côté des instances gouvernementales, mais il faudra que cela se concrétise.»

comments powered by Disqus