La référence des professionnels
des communications et du design

Patrick Pichette: «Je suis remarquablement optimiste pour le Québec»

Patrick Pichette, vice-président et chef de la direction financière de Google

Le vice-président et chef de la direction financière de Google était de retour chez nous à l'occasion de l'événement Pensons Québec. 

Organisé par Google Québec, l'événement se voulait une journée de conférences sur le marketing à l'ère du numérique. Mais surtout, une occasion de réfléchir au Québec de demain. De retour chez lui le temps d'une conférence, Patrick Pichette en a d'ailleurs profité pour partager quelques leçons qu'il tire de sa terre d'adoption: Silicon Valley.

«Là-bas, deux éléments font partie intégrante de la culture. D'abord, il y a un focus omniprésent sur la technologie. Ensuite, il y a un vent d'enthousiasme. Un désir d'essayer de nouvelles choses, de faire des tests, de prendre des risques et de lancer des entreprises pour donner vie aux idées. Le mot d'ordre est «oui, je peux le faire» et c'est ce qui inspire la vie de tous les jours. C'est magique!»

Pour Patrick Pichette, si l'on ne compte pas ici la masse critique de geeks qui a permis à cette culture numérique de se développer, on retrouve toutefois plusieurs éléments positifs qui s'apparentent à cette dernière. «Un masse critique, ça se bâtit, et ça peut prendre du temps. Mais je suis remarquablement optimiste pour le Québec. Le système d'éducation n'est pas parfait, mais il est bon et solide. Puis, il y a beaucoup de talent.»
  
Mais pour y arriver, on ne peut se leurrer, du travail reste à accomplir. «L'éducation occupe un rôle primordial dans notre société, et il faut laisser une plus grande place aux mathématiques et aux sciences dans les écoles. On doit aussi s'assurer que nos enfants apprennent l'anglais et soient bilingues. Nous pouvons le faire tout en restant fiers de nos racines et en célébrant notre langue.»

Quant au gouvernement, il a son rôle à jouer, mais tout ne peut reposer sur ses épaules. «Il doit créer un environnement propice à l'entrepreneurship, mais les entreprises doivent aussi voir plus grand. Chacune devrait dès maintenant se donner le défi d'engendrer la moitié de ses revenus hors de la province. Il faut jeter les contraintes habituelles par la fenêtre et développer cet instinct. Le web a fait tomber les frontières, et nous devons en profiter. Des milliards de clients potentiels sont à votre portée», conclut Patrick Pichette.

comments powered by Disqus