La référence des professionnels
des communications et du design

Langage visuel

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Infopresse propose des portraits de jeunes professionnels de l'industrie à surveiller: cette semaine, focus sur l'illustrateur Benoit Tardif, 28 ans.

Vainqueur du Grand Prix Illustration à la dernière édition du concours Lux, Benoit Tardif a lancé sa jeune carrière après un premier refus d'admission en design graphique au Collège Ahuntsic, puis un second, quelques années plus tard, à l'Uqam. Qu'à cela ne tienne: il a fini par compléter ses études dans l'une et l'autre de ces institutions, et a fait de cette période charnière une expérience formatrice au cours de laquelle il s'est consacré à la création, en plus de nourrir son intérêt pour les livres d'illustration et de design graphique. Entre-temps, des amis ont fondé la petite maison d'édition Ta Mère. Il s'est joint à l'équipe à titre d'illustrateur, puis a vite été promu directeur artistique de l'entreprise, avant d'en devenir copropriétaire. Depuis, il y a illustré une dizaine de couvertures, en plus de signer le visuel de plusieurs textes. «C'est une belle plateforme, flexible, qui me donne beaucoup de latitude comme illustrateur. Il s'agit d'une chance que de nombreux créateurs n'ont pas.» Au fil du temps, son esthétique a continué d'évoluer et ses illustrations de s'épurer. «Maintenant, j'aime bien y aller plus proprement, en aplat, avec un style presque vectoriel.» En plus de Ta Mère et de son travail de graphiste à la librairie Monet, Benoit Tardif compte parmi ses clients courants les magazines Urbania et Baron, ainsi que le Théâtre en Petites Coupures. «Je suis toujours étonné - et heureux! - d'être sollicité par des gens qui ont vu mon travail, dit-il. Nous sommes chanceux, au Québec, sur le plan de la diffusion: nos magazines aiment bien traiter avec des illustrateurs d'ici, contrairement aux États-Unis, où l'on fait plus souvent appel à des artistes étrangers.» En février prochain, ses illustrations seront exposées dans le hall d'entrée de la Maison de la culture Mercier, dans l'est de Montréal.

comments powered by Disqus