La référence des professionnels
des communications et du design

60 artistes québécois mis en scène par Jocelyn Michel

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Roy Dupuis, Michel Côté, Rémy Girard, Romain Duris, Caroline Dhavernas, Béatrice Picard, Janine Sutto: le photographe Jocelyn Michel propose dans son livre Admissions des mises en scène originales mettant en vedette des comédiens québécois.

En librairie cette semaine, l'ouvrage compte une quarantaine d'images aux atmosphères diverses. Toutes ont été réalisées en argentique.

Vous êtes photographe, mais avec ce projet, on peut aussi vous qualifier de réalisateur, de directeur artistique... Habitué aux grandes équipes des projets publicitaires, comment décririez-vous cette expérience en «solitaire»?
C'est un épanouissement sans équivoque de pouvoir donner vie à ses idées, à sa vitesse, sans contrainte, dilution ou autre obstacle quant à sa vision. Le «spectateur» devient ici seul critique de l'oeuvre - tel quelqu'un qui va voir un film au cinéma.

Comment le projet est-il né?
C'est beaucoup grâce au journaliste Mathieu Chantelois, rédacteur en chef du magazine Cinéplex. Il m'a fait confiance au début de ma carrière en me confiant de nombreux portraits de personnalités. J'ai fait des rencontres formidables. Et je me suis dit: «Pourquoi ne pas profiter de la situation!?». Ce sont des gens qui adorent le jeu, et je leur proposais des mises en scène hors des normes. Ils ont accepté de me faire confiance et d'embarquer! Mais il a fallu que je sois patient et que je ne me laisse pas décourager par la non-disponibilité des gens...

Ce fut un travail de longue haleine. Quelle place a été accordée à l'organisation face à la spontanéité?
De longue haleine en effet... plus de sept ans! Il était donc nécessaire que le tout soit structuré et réfléchi. Plus le projet prenait de l'ampleur, plus je devais planifier. Je ne voulais pas me répéter, tant au plan des lieux, que des circonstances ou des expressions des personnages. Mais la spontanéité est toujours importante. Il faut laisser l'hémisphère droit accomplir son travail! Et le «laisser aller» est étonnamment productif pour quelqu'un comme moi, cérébralement linéaire et structuré!

Quelles ont été vos inspirations?
Comme le flot d'information est aujourd'hui un amalgame de multiples sources - art, culture populaire, événements sociaux-culturels -, mon travail ne consiste pas à trouver des inspirations, autant qu'à faire du ménage dans tout ce bruit. Je dois créer de nouvelles directions et construire des ponts conceptuellement viables, qui feront en sorte que les scènes soient uniques et stimulantes.

Mais, en gros, je dirais: de la Renaissance au Baroque, pour ensuite sauter vers l'absurde de la période Dada, évoluant jusqu'à la folie du mouvement surréaliste avec Philippe Halsman et Dali, pour ensuite sauter vers l'âge du cinéma moderne avec les «caricatures» des frères Cohen, de Quentin Tarantino et l'imagination de Michel Gondry, Banksy, David Lachapelle, Floria Sigismondi... jusqu'à YouTube et l'univers du web - publicité inclusivement!

Jocelyn Michel est représenté par l'agence Zëta Production.

Aux éditions Cardinal, 44,95$.

comments powered by Disqus