La référence des professionnels
des communications et du design

La personnalisation des médias en trois temps

Grégoire Baret, vice-président exécutif de Nurun

À l'occasion de la sortie du magazine Infopresse sur la personnalisation des médias, Grégoire Baret, vice-président exécutif de Nurun, dresse le portrait de trois grandes approches.

«L'approche prédictive est, selon moi, la plus fascinante. Les applications Google Now ou Saga sont sans doute les plus emblématiques du lot. Elles reposent sur l'analyse de renseignements obtenus par l'étude des comportements en ligne de l'utilisateur pour prévoir l'information dont il a besoin, au moment où il en a besoin. La personnalisation prédictive, c'est afficher sur son téléphone l'état de la station Bixi à côté de chez lui à 5h25 parce que l'application sait qu'il prendra un vélo à 5h30; c'est l'informer de l'état de la circulation autour du métro 10 minutes avant qu'il ne quitte la maison, car c'est le temps qu'il met pour rejoindre sa station. Bref, c'est la capacité à prévoir le moment où il a besoin d'une information parce qu'elle l'intéresse, mais surtout parce qu'elle correspond à son mode de vie. La contrepartie, c'est que l'utilisateur ne doit pas craindre de partager ses données personnelles. S'il s'attend à un niveau de service inégalé, le niveau de partage de données que cela implique doit être tout aussi inégalé.

L'approche apprenante, elle, est bien représentée par l'application Zite. Elle montre comment un site ou une application apprend à partir des comportements et des goûts de l'utilisateur. Ce dernier évalue le contenu qu'on lui soumet, indique s'il lui ressemble ou non, et, petit à petit, l'application en propose du nouveau de plus en plus adapté à ses besoins. Il implique un certain échange de données de son utilisateur: ça ne marche que s'il autorise à ce qu'on analyse son historique de navigation, l'endroit dans lequel il se trouve, etc.

L'approche sélective, enfin, permet simplement à l'utilisateur de sauver un contenu à lire plus tard. Il forme donc un magazine sur mesure à partir d'une information sélectionnée au cas par cas. Instapaper et Pocket sont des outils emblématiques de ce modèle; ils agissent comme des signets intelligents. Dans le cadre de cette personnalisation sélective, l'utilisateur bâtit l'intégralité du contenu qu'il souhaite. Cela n'implique aucune transmission de données de sa part.»

Cet article se retrouve dans la version papier du magazine Infopresse de novembre. Un dossier sur la personnalisation des médias et un focus sur l'arrivée de la marque Iögo sont également au sommaire de ce numéro, désormais en kiosque et en version iPad.

comments powered by Disqus