La référence des professionnels
des communications et du design

Le numérique aurait plus à offrir aux promoteurs d'événements

Cliquez ici pour consulter l'étude

Les plateformes numériques sont encore sous-utilisées par les promoteurs d'événements, selon une récente étude menée par Substance stratégies.

Ce sont les conclusions qu'on peut tirer d'un rapport publié par la firme spécialisée, qui analysait le comportement des 26 membres du Regroupement des événements majeurs internationaux du Québec (Rémi).

On y présente six volets qui correspondent à chacun des piliers d'une présence numérique réussie: référencement, utilisation des médias sociaux, influence, amplification, mobilité et aspect SoLoMo de chaque événement étudié. Les résultats sont frappants: de nombreuses améliorations pourraient être apportées dans chaque catégorie.

Notons par exemple que seulement 40% des événements majeurs semblent se soucier de leur site web et de son référencement. Ceux en tête, comme Diverscité ou le Festival d'été de Québec, obtiennent à peine la note de passage.

L'aspect mobile reste aussi à développer: moins de 20% des événements ont une application mobile. Parmi eux, le Festival d'été de Québec et l'International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu sont les seuls à offrir une expérience à valeur ajoutée sur une application en plus.

Sur le plan des visionnements YouTube, plus de 75% des événements se trouvent sous la moyenne. C'est le Festival international de jazz de Montréal qui y génère le plus de contenu, alors que le Festival Juste pour rire et son penchant anglophone Just For Laughs obtiennent le plus grand nombre de visionnements.

Ces deux événements se trouvent d'ailleurs en tête quant aux résultats globaux. « On a découvert un géant en faisant cette étude, souligne Guillaume Brunet, associé chez Substance Stratégies. Le Festival Juste pour rire et son penchant anglophone se comparent à plusieurs événements d'envergure à travers le monde. » C'est le Festival d'été de Québec qui se trouve en deuxième place; Osheaga se classe troisième. Ce festival de musique se démarque entre autres par sa capacité d'amplification (on compte notamment une centaine de billets de blogues à son sujet) et l'engouement qu'il suscite sur le plan de la géolocalisation. 

Cette étude a été réalisée grâce au soutien de l'agence spécialisée en marketing interactif Cinco.

comments powered by Disqus