La référence des professionnels
des communications et du design

Jane, le renard et Isabelle Arsenault

Cliquez ici pour voir toutes les photos

L'illustratrice jeunesse Isabelle Arsenault parle de Jane, le renard et moi, sa première incursion dans la bande dessinée. Publiée aux Éditions de La Pastèque et écrite par Fanny Britt, l'oeuvre raconte l'histoire d'Hélène, une jeune fille qui trouve refuge dans l'imaginaire pour échapper à l'intimidation.

Tu es illustratrice, mais pour un projet comme celui-ci, on peut aussi te qualifier d'auteure. Comment s'est déroulée la création du livre?
Fanny Britt a écrit un manuscrit de plus ou moins 16 pages, en continu, séparées uniquement en quelques paragraphes. Elle m'a laissé une liberté totale pour en faire ce que je voulais, sans m'imposer une direction.  J'ai découpé le texte, tout en esquissant en parallèle chacune des sections obtenues, pour arriver à un premier jet d'une centaine de planches.

C'est une première bande dessinée pour toi. Qu'est-ce que tu en retiens?
C'est énormément de travail, mais j'ai adoré l'expérience. J'ai particulièrement pris goût à la création de séquences visuelles qui sont un type de narration muet. L'écriture de Fanny Britt et sa grande confiance m'ont permis d'explorer cette avenue. C'est peut-être pour moi un premier pas vers une sorte d'écriture.

Le sujet du livre est dur et touchant. Qu'est-ce qui a motivé tes choix? Avais-tu, au départ, des craintes ou des souhaits très clairs?
J'avais envie que l'imaginaire d'Hélène soit coloré, inventif et inspirant. Tandis que les scènes de sa vie quotidienne me semblaient plutôt ternes, mornes et sans intérêt. Et entre les deux, parfois des débuts d'espoir, où il y a du beau, même dans les scènes en noir et blanc. J'ai illustré ce texte en l'interprétant de manière très personnelle, du début à la fin. Ma crainte était d'être la seule à me comprendre et que Fanny me dise que j'étais dans le champ... Ce ne fut heureusement pas le cas!

Jane, le renard et moi
21,6 x 28,6 cm
104 pages
26,95$
En librairie

comments powered by Disqus