La référence des professionnels
des communications et du design

Advertising Week, jour 2: réinventer les modèles et réapprendre la créativité en affaires

Pourquoi la créativité, l'agilité et la capacité de penser de façon innovatrice font-ils défaut dans tant d'entreprises? Parce que souvent, les dirigeants ont travaillé fort pour parvenir à désapprendre à être créatifs.

«Tout le monde est créatif au départ; mais très souvent, toute notre éducation fait en sorte qu'on en arrive à désapprendre la créativité», juge Rick Boyko, fondateur de Leadership Collective, un programme de formation qui s'adresse aux dirigeants et aux gestionnaires, mis sur pied, justement, pour régler ce problème. Lors d'un séminaire dans le cadre de l'événement Advertising Week hier, les membres de Leadership Collective présentaient leur vision et un aperçu de ce qu'ils peuvent apporter.

Provenant d'horizons divers liés aux communications et à la stratégie, ils comprennent, outre le fondateur: Joyce King Thomas, ancienne chef de la création de McCann à New York, qui a maintenant sa propre entreprise liée aux médias sociaux; Steve Whilite, qui a été chef du marketing de Volkswagen, Nissan et Apple, Rick Webb, consultant, marketing et revenu, de Tumblr; Grant McCracken, anthropologue, professeur au Massachusetts Institute of Technology et auteur, notamment de Culturematics, et Paul Lavoie, président de l'agence Taxi, fondée à Montréal, maintenant située à New York.

L'établissement de ce programme est parti de la constatation que les entreprises ne peuvent plus se permettre de ne pas remettre en question leurs façons de faire. «Les choses changent tellement vite que les entreprises ne peuvent plus rester statiques», estime Paul Lavoie. Steve Whilite, qui a travaillé de près avec Steve Jobs, signale à quel point ce dernier était un véritable modèle pour la culture créative en entreprise. «En période de ralentissement, alors que toutes les organisations sabraient partout et arrêtaient les projets, Apple a investi. Cela a permis de déboucher sur le lancement de l'iMac, puis de l'iPod, et tout ce qui a suivi. Combien de dirigeants ont le courage d'agir ainsi?»

D'ailleurs, les entreprises issues de Silicon Valley offrent de bons modèles à cet égard. «Elles sont nées d'une vision innovatrice, puis organisées de façon à intégrer la créativité et l'innovation», explique Steve Whilite. À l'opposé, il y a eu l'exemple de Kodak, qui avait, avant tout le monde, développé la technologie numérique, mais dont les dirigeants ont refusé de remettre fondamentalement en question l'entreprise. «La plupart des organisations sont encore en mode «commande et contrôle»,  sans trouver le moyen d'intégrer la remise en question et la créativité. Elles ont besoin de se transformer», croit Grant McCracken.

Celui-ci a par ailleurs, dans la journée, donné une présentation sur sa vision du rôle de la publicité. En cette période de changement constant, il a aussi livré des pistes sur la façon dont les agences peuvent développer et proposer un modèle cohérent.

comments powered by Disqus