La référence des professionnels
des communications et du design

Tyler Brulé, à contre-courant

Tyler Brûlé, fondateur du magazine Wallpaper*, fondateur et rédacteur en chef du mensuel Monocle, et chroniqueur du journal Financial Times
Tyler Brûlé en entrevue avec Nathalie Collard, chroniqueuse média et journaliste de La Presse

Devant plus de 600 personnes réunies hier au RDV_Média, l'entrepreneur Tyler Brulé a présenté sa vision des médias d'aujourd'hui et a exposé les clés du succès de son modèle d'affaires.

En 2007, à l'aube d'une période économiquement creuse, où l'imprimé était loin d'avoir le vent dans les voiles et que tous avaient les yeux rivés sur l'expansion des nouvelles plateformes numériques, Tyler Brûlé a plutôt fait le pari ambitieux de créer un magazine imprimé et d'aller à contre-courant des tendances du moment.

«En passant beaucoup de temps notamment en Corée et au Japon, j'ai constaté qu'en dépit de l'hyperconnectivité de la population, les magazines occupaient une place de choix, excitante et riche en innovations. Que les gens pouvaient encore prendre le temps de consommer de l'imprimé et de le faire autrement, a-t-il souligné. D'un autre côté, je voyais aussi le magazine en tant que média se détériorer. En voyageant beaucoup, j'ai compris qu'il y avait clairement un besoin à combler du côté d'une clientèle d'affaires avide d'occasions, à l'affut des enjeux internationaux et d'un contenu de qualité.»

C'est de cette réflexion qu'est née l'idée de Monocle, un mensuel offrant une perspective internationale sur les affaires, l'actualité, la mode et le design à l'échelle internationale, dont le public cible se situe dans les hautes sphères de la société.

Comptant désormais plusieurs déclinaisons autres que le magazine, dont des boutiques, des cafés, une radio, de la production vidéo et un site web, le concept de Monocle est que la qualité a un prix et qu'il ne faut pas en avoir peur. La preuve? «Nous n'avons pas hésité à monter le prix de notre magazine, et les ventes ont continué de progresser. Dans le même ordre d'idées, quand nous avons lancé l'application mobile pour notre radio à plus de six livres, Apple nous avait prévenus que ce coût élevé allait nous mener à l'échec. Pourtant, nous comptabilisons déjà plus de 20 000 téléchargements.»

Autrement dit, chez Monocle, les logiques sont souvent inversées. C'est ce qui a permis à l'entreprise de connaître du succès même si elle a été lancée par des temps troubles. «Quand la crise a commencé, en 2008, les annonceurs ont surtout réduit leurs investissements envers les médias de masse. Dans les hautes sphères du marché, les marques avaient tout de même besoin d'atteindre des gens d'influence, ce qui sera probablement toujours le cas, et c'est ce que nous leur offrons.»

Le RDV_Média, une initiative des Éditions Infopresse et du Conseil des directeurs médias du Québec, est présenté par Atedra, en collaboration avec Postmedia Network, Astral, BBM, Radio-Canada, La Presse, TC Média, TV5, UB Média et Zoom Média.

comments powered by Disqus