La référence des professionnels
des communications et du design

Facebook en quête de nouveaux revenus

Mitch Joel, président, Twist Image
Jean-Sébastien Giroux, directeur conseil, médias sociaux, Cossette

Infopresse s'entretient avec Mitch Joel et Jean-Sébastien Giroux après la publication par Facebook d'un infographique expliquant la force de la plateforme publicitaire du réseau.

L'infographique fait état de certaines statistiques, dont les 955 millions d'utilisateurs actifs qui passent en moyenne 6 heures et 35 minutes mensuellement sur le site. Ou encore, la croissance annuelle du nombre d'utilisateurs actifs sur la plateforme mobile du réseau se chiffrant à 67%. Avec plus de trois milliards de commentaires et de «Like» chaque jour, Facebook se présente également comme une des plateformes parmi les plus engageantes.

La publication de ces données survient alors que l'entreprise connaît des débuts difficiles sur les marchés financiers et alors qu'il semble impératif pour le réseau social de générer de nouveaux revenus.

«La réalité est qu'il est très difficile de connaître les motivations réelles des utilisateurs de Facebook. Veulent-ils interagir avec les marques ou connecter les uns avec les autres? Sur les trois milliards de commentaires et de ''Like'' quotidiens, il faudrait connaître la proportion dirigée à l'endroit des marques, commente Mitch Joel, président de Twist Image. Facebook s'est toujours décrit comme un endroit pour connecter avec les autres. Cependant, Wall Street lui dicte qu'il est une plateforme médiatique; cela crée un paradoxe pour le réseau social. Il peut ainsi tenter de monétiser son modèle, ce que Google a réussi, ou vendre de la publicité que les utilisateurs risquent de trouver intrusive. Mais bien peu de plateformes arrivent à monétiser leurs modèles avec succès.»

«Cela indique que Facebook souhaite monnayer sa base d'utilisateurs, précise Jean-Sébastien Giroux, directeur-conseil, médias sociaux, de Cossette. Avant de se lancer en Bourse, le réseau social annonçait qu'environ 16% des adeptes d'une page Facebook seraient désormais exposés au contenu diffusé par ladite page, afin de ne pas inonder les fils d'actualités de publicités tout en amenant les annonceurs à dépenser sur le réseau. De nouveaux formats publicitaires -sponsored stories et promoted posts - permettent maintenant aux annonceurs d'étendre la portée de leurs contenus et de franchir le seuil du 16%, mais également à Facebook de monétiser sa base d'utilisateurs tout en gardant un certain contrôle sur l'expérience utilisateur.»

Pour consulter l'infographique cliquez ici.

comments powered by Disqus