La référence des professionnels
des communications et du design

Ce n'est plus le temps de rire, dit le DGEQ

Visionnez le message télé de 60 secondes
Visionnez l'un des trois messages télé de 15 secondes
Visionnez l'un des trois messages télé de 15 secondes
Visionnez l'un des trois messages télé de 15 secondes
Pièce d'affichage
Profil Facebook de Marcel Barthe, de Cossette Québec, avec l'ajout du badge Je Vote

À moins d'une semaine du scrutin, Infopresse s'entretient avec Marcel Barthe et Martine Delagrave de Cossette Québec au sujet de la plus récente campagne du Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Cossette est responsable du compte du DGEQ depuis presque 30 ans. Qu'est-ce qui différencie cette campagne des précédentes?
MB:
Depuis une vingtaine d'années, nous assistons dans toutes les démocraties occidentales à une baisse du taux de participation. Le Québec faisait pourtant jusqu'à récemment figure d'exception, car cette tendance y était moins prononcée qu'ailleurs. Le choc a donc été rude en 2008, quand ce taux a chuté à 53%. Donc, nous avons délaissé les approches douces, émotives ou intellectuelles utilisées par le passé pour adopter un ton plus dramatique. Ce n'est plus le temps de rire, la démocratie est en danger et nous avons voulu marquer le coup en créant un processus de réflexion.

Quel a été l'axe créatif choisi et comment se décline cette campagne?
MB:
L'objectif était de créer une réflexion chez le récepteur du message. Pour cela, nous avons opté pour un traitement moins léché: musique dramatique, visuel «trash», phrases équivoques. Nous avons d'abord lancé des courts messages de 15 secondes qui dévoilaient chaque fois une phrase à double ou même triple sens. La pluralité de l'interprétation avait pour objectif d'amener un processus de réflexion. Ensuite, à 10 jours du vote, nous avons dévoilé une exécution de 60 secondes qui va plus loin et qui communique clairement la notion du taux de participation.
MD: L'utilisation de l'impératif singulier «Vote» a pour objectif de créer une proximité entre le DGEQ et les gens, assis dans leur salon. C'est une manière de faire passer le message en interpellant chaque individu pour lui dire que sa voix compte. L'opération se décline en messages télé de 15 et 30 secondes, en affichage, mais aussi sur le web. Nous avons ainsi mis en ligne dès la première semaine d'août une vidéo d'une minute 36 secondes, vue 70 000 fois. Toujours sur le web, nous avons produit une application Facebook qui permet aux utilisateurs de modifier leur profil en affichant leur intention de voter le 4 septembre.

Quels sont les défis de travailler pour le DGEQ?
MB:
Nous sommes constamment dans l'incertitude, car les élections peuvent être déclenchées n'importe quand. Mais cela nous permet surtout de commencer les réflexions longtemps à l'avance et de développer plusieurs avenues. Pour cette offensive, nous avons par exemple entamé les réflexions en juin 2010.

Annonceur: Directeur général des élections du Québec
Agence: Cossette Québec
Direction de création: Steve Blanchet, Daniel Ouellet
Réalisation: Yan Giroux - Alt
Traitement visuel: Karl Lemieux
Musique: L'Oreille

comments powered by Disqus