La référence des professionnels
des communications et du design

Facebook en offre plus aux annonceurs

Guillaume Brunet, associé de Substance stratégies numériques

À la suite de l'annonce par Facebook de nouveaux services destinés aux annonceurs, Infopresse s'entretient avec Guillaume Brunet, associé de Substance stratégies numériques, et spécialiste des médias sociaux.

Après avoir vu son titre perdre près de la moitié de sa valeur depuis son entrée en Bourse en mai dernier, Facebook, sous forte pression, passe à l'offensive cette semaine avec de nouveaux services aux annonceurs.

Ainsi, les marques peuvent dorénavant cibler leurs publications avec plus de précision qu'auparavant. Jadis limité au lieu de résidence ou à la langue des utilisateurs, le ciblage peut en effet désormais se faire selon l'âge, le sexe, l'état civil, la langue, l'éducation, l'emploi, le lieu de résidence ou le critère « intéressé(e) par ». Ce nouveau service, selon Guillaume Brunet, se veut une réplique rapide à Twitter, qui a lancé dernièrement une offre similaire, mais surtout une occasion pour les marques de favoriser l'engagement et la qualité au détriment de la quantité. «Au lieu de diffuser le même message à ses 10 000 fans, un annonceur peut maintenant l'articuler précisément selon le public ciblé, ce qui lui permet de gagner en pertinence et en efficacité, dit-il. Cela permet aussi d'apporter des mises à jour plus fréquentes sans risquer d'encombrer les fils d'actualité des utilisateurs, et d'éviter de devoir créer plusieurs pages pour toucher ses différents publics. Fait intéressant, les publications ciblées ne se feront que par rapport aux Timelines des utilisateurs. Cela signifie qu'elles seront tout de même agrégées et visibles sur les pages du diffuseur.»

Facebook a aussi lancé une unité de publicité mobile afin de permettre aux annonceurs de générer de plus fortes croissances pour leurs applications mobiles. Plus exactement, cette nouvelle fonctionnalité permet aux marques d'afficher leur publicité directement dans le fil de nouvelles sur l'appareil mobile de l'utilisateur, pour ensuite le rediriger directement aux boutiques d'applications comme Google Play ou iTunes.

«Ce qui est très particulier avec cette initiative, c'est qu'il s'agit de la première forme de publicité pas 'sociale' sur Facebook, ajoute Guillaume Brunet. Dans ce cas-ci, il s'agit d'une situation de mobile à mobile, où par l'entremise d'une publicité, l'utilisateur est invité directement à télécharger l'application de l'annonceur. C'est aussi la première fois que Facebook ne génère pas d'achalandage sur ses propres plateformes, mais qu'il dirige plutôt les internautes sur les sites de ses principaux rivaux, Apple et Google. Du côté des annonceurs, il s'agit d'une belle occasion d'augmenter le nombre de téléchargements de leurs applications, d'autant plus qu'ils ne paient qu'aux clics, donc à la performance.»

comments powered by Disqus