La référence des professionnels
des communications et du design

La photographie de rue en questions

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Le branding du conflit étudiant est à la une du dernier numéro d'Infopresse; le photographe Mario Jean, qui signe la photo de la couverture, parle avec Grafika de son métier de photographe de rue.

Pourquoi la photo de rue?
On parle souvent de la rue comme d'un lieu en particulier, alors qu'elle fait plutôt référence aux endroits où nous, citadins, évoluons lorsque nous ne sommes pas dans le confort de notre foyer ou au travail. Cela implique des possibilités de situations presque infinies: d'un homme en veston cravate qui se déplace, seul, dans un décor urbain, froid et surréel jusqu'à des milliers de manifestants qui hurlent. Il suffit d'être au bon endroit au bon moment, puis d'ouvrir les yeux.

Quels en sont les défis?
De ne rien contrôler de son environnement (lumière, météo, comportement des sujets) oblige à laisser l'instinct s'exprimer. Il faut savoir s'adapter, prévoir et trouver rapidement des façons de présenter une scène avec intelligence et créativité. Par ailleurs, la caméra tend à faire obstacle au naturel des gens. Il faut donc être subtil sans avoir l'air louche!

Devez-vous vous sentir proche d'une cause pour réussir de bons clichés?
Pas absolument, mais c'est inspirant! Cela a été plus vrai que jamais, dans mon cas, le printemps dernier. L'énergie, la conviction et la créativité des manifestants m'ont littéralement entraîné, corps et âme, dans la documentation de ce mouvement social. J'ai suivi plus de 40 manifestations, avec mon lourd équipement, à courir d'un bout à l'autre de la marche, dans le froid ou dans les grandes chaleurs, à me faire intimider par des mécontents... Je n'aurais pas pu trouver la motivation nécessaire si je ne m'étais pas senti proche de cette cause.

Lorsque vous couvrez un événement, recherchez-vous toujours "la" photo?
Si un événement est par définition un moment où se produit une chose d'importance, mon objectif est en effet d'en immortaliser le moment-clé. Je dois ainsi être attentif à tous les éléments mis à ma disposition, puis laisser ma créativité s'exprimer.

Qu'est-ce qui vous a amené à la photo?
L'amour de l'image, tout simplement. Je suis d'abord passé par le dessin, le cinéma, la photo et, enfin, le graphisme, toujours avec le désir de créer des oeuvres visuelles pouvant marquer l'imaginaire des gens. La photo - de rue, surtout - offre la possibilité de s'exprimer et de toucher les gens avec un média présentant, dans des proportions variables, mais d'importances égales, le réel et l'imaginaire. En d'autres termes, avoir la réalité comme matière brute me donne l'impression d'avoir un rôle à jouer dans la préservation de la mémoire de notre société, mais les innombrables possibilités artistiques m'offrent, elles, toute la latitude voulue afin d'exprimer ma créativité.

Pour accéder au site du photographe, cliquez ici.

Afin de visionner une vidéo réalisée pour le magazine web Nous autres, regroupant des films pris du 22 mars au 22 juin, cliquez ici.

comments powered by Disqus