La référence des professionnels
des communications et du design

Quebecor-STM: Vers un abribus 2.0

Claude Foisy

Quebecor Média a récemment obtenu le contrat de la Société de transport de Montréal (STM) pour ses abribus pendant les 20 prochaines années; Infopresse s'est entretenu avec Claude Foisy, vice-président, marque et médias interactifs, à propos de la stratégie de l'entreprise.

Pourquoi Quebecor s'oriente-t-il vers les abribus de la STM?
En fait, l'appel de proposition de la STM touchait uniquement les abribus. Et nous désirions réaliser une incursion dans l'affichage. Quand on a vu que le contrat des abribus était libre, surtout avec notre entente avec le quotidien gratuit 24 Heures - qu'on distribue dans le métro -, il est apparu évident que c'était un genre d'entente et d'extension naturelle entre ce que nous faisons avec le journal et ce qu'on va pouvoir réaliser avec les abribus.

Quelle a été votre stratégie pour l'obtention du contrat?
Dans l'appel d'offres, on a utilisé les services en tant que conseiller de Clear Channel Outdoor, qui gère déjà tout le côté des abribus à Ottawa. C'est une entreprise reconnue mondialement dans l'affichage. On a travaillé en étroite collaboration avec elle pour donner à la STM le meilleur service et garantir qu'on va bien traiter les annonceurs et les usagers. Ces derniers ne sentiront pas de différence.

Le processus pour les annonceurs va-t-il être différent dans les abribus que dans les autres  médias de Quebecor?
On va suivre celui qui existe pour nos journaux, nos magazines ou même la télévision. Il est établi, tout le monde a accès à nos médias, et la même chose va se passer avec nos abribus. On ne verra pas la différence: comme dans Le Journal de Montréal ou à TVA, les concurrents sont libres de venir annoncer ou non, et ça sera pareil par rapport aux abribus. C'est un média accessible à tous, et l'on ne veut pas priver les annonceurs et les usagers d'y accéder.

Quelles sont les modalités du mandat avec la STM?
Il y a l'entretien, évidemment. Et il va y avoir le renouvellement du parc des abribus. À noter que de nouveaux abribus vont arriver sur le marché, à la suite de l'annonce d'un concours de design lancé par la STM. Il faudra aussi gérer toute l'évolution vers le numérique pour rendre les abribus à l'ère 2.0. Pour nous, c'est important de faire un saut technologique par rapport à ce qui existe actuellement. On veut créer une expérience qui va se renouveler et qui va bien s'intégrer dans le mobilier urbain de Montréal.

comments powered by Disqus