La référence des professionnels
des communications et du design

Olympiques et Facebook: un match inégal

Page Facebook des Olympiques de Londres 2012

Facebook a mis en ligne, hier, sa page officielle pour les Jeux olympiques de Londres: conformément aux directives du Comité international olympique, les publicités y sont proscrites; mais, vide de contenu, elle mène vers d'autres pages qui, elles, en contiennent.

Alors que les Jeux de Londres commenceront le 27 juillet, Facebook a mis en ligne la page «Découvrez les Jeux de Londres 2012», offerte en une vingtaine de langues. On y trouve des pages d'athlètes, d'équipes nationales, de sports individuels, auxquelles devraient s'ajouter bientôt les diffuseurs et les commanditaires.

Or, selon un article du journal britannique The Daily Telegraph, Facebook a été forcé par le Comité international olympique (CIO) d'empêcher l'affichage de publicités sur sa page officielle des Olympiques. Cette restriction n'aura cependant pas beaucoup d'effet, considère Jean-François Renaud, associé et cofondateur d'Adviso conseil.

En fait, le réseau social a décidé de lancer cette page pour «créer des mentions "J'aime" autour des personnalités, objets, activités et associations qui gravitent autour des Jeux dans le but de générer de l'achalandage sur les autres pages, où il y a de la publicité, note Jean-François Renaud. Il n'y a rien qu'on puisse faire sur cette page. Elle permet uniquement d'en visiter d'autres qui, elles, comportent de la publicité.

Bref, c'est une façon pour Facebook de répondre à la demande du CIO tout en augmentant sa portée par rapport aux Olympiques. Et le CIO ne peut rien faire au-delà de cette page officielle, car il n'a pas de contrôle sur Facebook. Autrement dit, c'est une façon indirecte pour le réseau social de vendre de la publicité.»

comments powered by Disqus