La référence des professionnels
des communications et du design

Voir pense à la prochaine étape

Anne-Marie Buchanan, chef de groupe, stratégie, de Bleublancrouge média
Michèle Savard, vice-présidente, planification stratégique, de Carat Montréal

Michel Fortin, vice-président exécutif et directeur général de Communications Voir, et plusieurs spécialistes de l'industrie, commentent l'annonce de la semaine dernière concernant la fin de publication du journal Hour et de certaines éditions régionales de Voir.

«La décision de cesser la parution de Hour et des éditions de Voir en Mauricie et au Saguenay est la conséquence d'un marché publicitaire en perte de vitesse, explique Michel Fortin. Ils ne répondaient plus aux exigences économiques actuelles. Toutefois, Communications Voir s'apprête à lancer un produit qui devrait susciter de l'intérêt. Tous les détails seront dévoilés dans deux semaines.»

Appelée à commenter la nouvelle, Anne-Marie Buchanan, chef de groupe, stratégie, de Bleublancrouge média, a dit: «C'est dommage, car Voir donne vraiment une voix à la scène culturelle locale, en plus d'illustrer le dynamisme culturel hors des grands centres. Que le lectorat soit en hausse démontre que l'intérêt y est. Heureusement, la version en ligne se poursuit; une vitrine demeure et le média web reste un puissant véhicule pour ce genre de nouvelles. Si le modèle d'affaires repose entièrement sur les revenus publicitaires, mais que les annonceurs ne suivent pas, il devient difficile de justifier les dépenses pour maintenir le produit en vie.»

«Avec la nouvelle récente de la fermeture de huit sites par Rogers, dont six francophones, ça laisse une impression de "perte de voix locales diversifiées", bien que les contextes soient différents, souligne pour sa part Nancy Prémont, stratège média, également de Bleublancrouge média. Voir cesse l'imprimé régional et se concentre en ligne, Rogers arrête certaines opérations en ligne pour se concentrer sur les possibilités multiplateformes. Les médias se recentrent.»

«Les formats de papier évoluent de façon inexorable vers des plateformes numériques, et cette annonce en est une preuve supplémentaire, explique pour sa part Michèle Savard, vice-présidente, planification stratégique, de Carat Montréal. Hour, tout comme Voir, sont des publications très nichées qui ciblent des jeunes recherchant davantage de nouvelles plateformes. Ce sont des journaux dans lesquels on retrouve quelques annonceurs nationaux, mais aussi des locaux qui peuvent désormais atteindre leur cible autrement que par des coûts par mille.»

comments powered by Disqus