La référence des professionnels
des communications et du design

L'art du détail

Photo: Bruno Florin

Infopresse propose des portraits de jeunes professionnels de l'industrie à surveiller: cette semaine, focus sur Maxime Sauté, 28 ans, directeur artistique de Cossette.

C'est en Belgique, plus précisément à Bruxelles, d'où il est natif, que Maxime Sauté s'est formé. Il a d'abord obtenu un baccalauréat en marketing, avec spécialisation en communications, puis s'est inscrit au Collège de la publicité et du design pour y développer son côté créatif. Après seulement une année complétée (sur trois), il a préféré quitter l'établissement afin de miser sur l'apprentissage sur le terrain. «J'avais besoin de partir de Bruxelles. Donc, je suis allé à Vancouver pour apprendre l'anglais.» Après 10 mois dans l'Ouest canadien, où les occasions de travail étaient rares, un discours de Patrick Beauduin sur la publicité, vu à la télévision, a convaincu Maxime Sauté de venir à Montréal. «J'avais entendu parler de Patrick à Bruxelles. Donc, après l'avoir aperçu, j'ai retrouvé ses coordonnées, puis l'ai contacté.» Alors qu'il ne lui restait que deux mois de visa de travail et qu'il croyait son courriel perdu parmi tant d'autres, il a été engagé comme stagiaire chez Cossette, au service de la création, où il s'est fait la main auprès de Home Depot et du ministère québécois du Tourisme. «Ça s'est super bien passé, et l'on m'a offert un poste par la suite, ce qui était tant mieux, car je suis complètement tombé sous le charme du Québec.» Depuis, il a évolué jusqu'au poste de directeur artistique. À ce titre, il est derrière la dernière campagne pour l'Alzheimer, primée aux concours Créa et Boomerang, et, plus récemment, celle du rebranding de La Presse, récompensée au concours Grafika. Le mandat était de réorganiser l'identité du journal et d'en communiquer les différentes plateformes. «Ce fut un projet vraiment intéressant, et j'en suis particulièrement fier.» En ce moment, il travaille avec McDonald's pour une opération télé nationale. Ce qui lui plaît dans son boulot? Rassembler la meilleure équipe et dénicher les différents types de spécialistes requis (illustrateurs, photographes, réalisateurs, etc.) pour obtenir le meilleur résultat possible. «Être directeur artistique, ce n'est pas juste de trouver la grande idée; c'est un travail collectif avant tout.» Ce curieux de nature (selon lui, son principal attribut est d'observer et de voir le détail anodin que personne ne remarque, mais qui a du potentiel) est aussi derrière le logo de la nouvelle lunetterie rétro Les Montures, située sur Bernard, à Montréal.

Retrouvez cette chronique dans le plus récent numéro du magazine Infopresse, actuellement en kiosque.

comments powered by Disqus