La référence des professionnels
des communications et du design

Radio-Canada prend des mesures radicales

La société d'État a annoncé hier un plan d'action prévoyant notamment la suppression de 650 postes sur trois ans, et demande au CRTC l'autorisation de vendre de la publicité sur Espace Musique et Radio Two.

Cette annonce fait suite à celle, la semaine dernière, lors du dévoilement du budget fédéral, de compressions de 115 millions$ sur trois ans pour Radio Canada/CBC.

«Nous nous attendons à pouvoir compenser ces pressions financières avec 50 millions$ en nouveaux revenus, ce qui nous laisse avec environ 150 millions$ à absorber au moyen de réductions et d'améliorations à apporter à nos opérations, explique Hubert T. Lacroix, président-directeur général de Radio-Canada. Il y aura évidemment des répercussions importantes sur nos services, notre organisation et nos employés; nous nous attendons à supprimer plus de 650 postes au cours des trois prochaines années, dont environ 475 au cours du présent exercice.» 

Comme seconde mesure, Radio-Canada souhaite bonifier son actif publicitaire à la télé en lançant une offensive pour augmenter ses revenus dans le numérique. Elle a également demandé au CRTC de pouvoir ajouter de la publicité et des commandites à ses deux réseaux de radio nationaux de musique.

La société d'État a aussi l'intention d'accélérer la mise hors service des émetteurs analogiques de la télévision. «Les radiodiffuseurs partout laissent tomber l'analogique, dit Hubert T. Lacroix. Au Canada, seulement 1,7% de la population reçoit encore nos signaux de télé par un émetteur analogique hertzien. En raison des circonstances, nous avons décidé d'accélérer l'abandon de cette technologie.»

Radio Canada International mettra pour sa part fin à la transmission par ondes courtes et par satellite pour se concentrer sa diffusion sur le web. Elle cessera la production de bulletins de nouvelles et fermera les sections russe et brésilienne pour se concentrer sur les cinq langues les plus parlées par son auditoire, le français, l'anglais, l'espagnol, l'arabe et le mandarin.

Plusieurs autres mesures ont été prises par la direction pour réduire les coûts. «Nous continuons d'éliminer ce qui ne nous rapproche pas des objectifs établis dans notre stratégie quinquennale "2015: Partout, Pour tous". Nous allons également simplifier nos méthodes de production et de travail, réduire les coûts de production, combiner des activités, idéalement, et réduire notre empreinte immobilière de façon générale.»

Enfin, Radio-Canada souhaite réduire l'expansion de son service local et des chaînes spécialisées numériques, le nombre de grands événements qu'elle produit et le budget qui leur est consacré, ainsi que les projets de programmation transculturelle. «Nous restons, par contre, très concentrés sur nos objectifs de devenir clairement plus canadien, plus régional et plus numérique, des éléments évidemment essentiels pour jouer notre rôle de radiodiffuseur public dans un environnement en évolution rapide, insiste Hubert T. Lacroix. Notre travail consiste à faire en sorte que Radio-Canada/CBC demeure entière afin que nous soyons capables de continuer de remplir notre mandat. Ces mesures nous permettront d'y arriver.»

Pour connaître les détails du plan budgétaire, visitez la page qui lui est dédiée.

comments powered by Disqus