La référence des professionnels
des communications et du design

Par soi-même

Photo: Clara Palardy

Infopresse propose des portraits de jeunes professionnels de l'industrie à surveiller : cette semaine, focus sur Laurence Morais Lagacé, 30 ans, concepteur et réalisateur.

Laurence Morais Lagacé, mieux connu sous le nom de Baz, a fait ses débuts en concevant des sites web, en organisant des soirées, en produisant des dépliants et même en lançant une gamme de vêtements, Useless enterprise. Ne sachant pas exactement où son baccalauréat en design art de l'Université Concordia allait le mener, ce rassembleur-né a toujours eu un projet sous la main. « Je suis quelqu'un d'autodidacte, qui expérimente par lui-même. » À un certain moment, voulant faire du bruit autour des soirées qu'ils organisaient, lui et ses amis ont obtenu une caméra pour filmer leurs événements. Ce fut une révélation, car, rapidement, l'organisation a laissé place à la création de contenu vidéo. De là, est née Voxpop Montréal, une webtélé hebdomadaire (l'une des premières d'ailleurs) diffusée sur 33mag, où trois amis qui aimaient sortir et fêter passaient en revue les soirées montréalaises. Autodidacte et multitâche, Laurence Morais Lagacé s'occupait tant de l'animation et de la réalisation que du montage. Un an plus tard, il s'est associé à Julien Roussin-Côté, fondateur de 33mag, pour gérer le volet webtélé du site. Rapidement, Baz s'est fait un nom (ou un surnom!), qui l'a mené à MusiquePlus, à la création du site Tonpetitlait.com et, plus sérieusement, à la réalisation. « Dans la foulée de mes expériences d'animation, j'ai rencontré plusieurs groupes pour lesquels j'ai eu envie de réaliser des vidéoclips. » Son baptême : Danse la poutine, d'Omnikrom et TTC. Plus récemment, c'est pour la campagne All in d'Adidas, gérée par Sid Lee, qu'il a mis la main à la pâte. « La pub est de Romain Gavras, mais puisqu'il fallait filmer des personnalités partout dans le monde, j'ai été mandaté pour un segment à Toronto, où la présence du réalisateur principal n'était pas requise. Mon style concordait très bien avec le leur. » Son style, il le décrit d'ailleurs comme semi-bordélique, semi-contrôlé. « Je suis du genre à donner des paramètres généraux, puis à laisser la possibilité aux acteurs de vivre les émotions. J'aime aussi me mettre délibérément dans l'embarras pour tenter de créer quelque chose de fou, tout en sachant que c'est risqué. » Outre Adidas, le clip disjoncté Teflon dons du groupe Alaclair Ensemble, et le tournage de la seconde saison de la fiction Dakodak sont les derniers projets pour lesquels il a travaillé. Difficile pour le concepteur et réalisateur de s'imaginer dans cinq ans. « Je ne me suis jamais dit qu'à 30 ans, je devais être quelque part en particulier. Cela fait que j'apprécie où je me trouve en ce moment. »

Retrouvez ce portrait dans le magazine Infopresse actuellement en kiosque.

comments powered by Disqus