La référence des professionnels
des communications et du design

Société-Orignal hors des sentiers battus

Alex Cruz, cofondateur, Société-Orignal

Cette semaine, dans notre rubrique Entreprises créatives, focus sur Société-Orignal, une firme québécoise qui met la créativité à l'avant-plan de l'agriculture.  

Société-Orignal s'est développée avec deux objectifs bien simples : permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail, puis redonner à l'agriculture un angle créatif depuis longtemps négligé.

« Le climat actuel n'est pas propice aux nouvelles idées, explique Alex Cruz, cofondateur. Au Québec, s'il y a peut-être une possibilité de faire pousser plus de 2000 variétés de tomates, on retrouve toujours les mêmes variétés en supermarché. Pourtant, quand on côtoie les agriculteurs, on se rend compte qu'ils ne sont pas du tout réfractaires au changement, mais que les exigences du marché les poussent toujours vers les mêmes types de culture. Il fallait donc leur donner la capacité pour assumer de nouvelles expériences. »

Société-Orignal, dit simplement, c'est une plateforme qui regroupe des agriculteurs et qui les amène à créer de nouvelles productions, puis à sortir des cadres établis et rigides de l'agriculture moderne. Pour cela, l'entreprise s'assure, d'une part, de la distribution des produits, s'engageant du coup à acheter toute les récoltes des agriculteurs participants sur un an, et s'occupe surtout à développer l'innovation et à trouver de nouvelles avenues. 

« Nous faisons de la recherche, des tests et nous assurons une vigie des nouvelle tendances, mais aussi de l'historique de l'agriculture, portant notamment une attention particulière aux cultures anciennes et aux techniques autochtones. Il s'agit d'être curieux et de s'amuser avec les beaux produits que notre territoire nous permet de cultiver. » Piment d'argile, Moutarde des champs, Farine de Gourgane ou vinaigre de Balconville, Société-Orignal cherche tout ce qui est bon et qui pousse bien au Québec. On n'y trouve aucune appellation contrôlée, convention standardisée ou autres normes pouvant limiter la créativité. À l'autre bout de la chaîne de production, se trouve un important réseau de restaurateurs gastronomiques au Québec, au Canada, mais aussi à New York et à San Francisco.

« Il y a une superbe créativité en restauration, mais le lien ne se faisait pas nécessairement avec les agriculteurs. Avec mon partenaire, Cyril Gonzales, puisque nous avons oeuvré dans différents restaurants, nous en comprenons les paramètres, et c'est ce qui nous a permis de faire le pont entre ces deux pôles. Au final, ce qui est fantastique, c'est que les agriculteurs sont fiers d'innover et qu'ils contribuent eux-mêmes plus que quiconque à faire progresser l'innovation alimentaire. »

comments powered by Disqus