La référence des professionnels
des communications et du design

Marie-Claude Ducas : « L'héritage de Steve Jobs »

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Dans l'édition de novembre d'Infopresse, Marie-Claude Ducas traite dans sa chronique de Steve Jobs, le précurseur.

« À la tête d'Apple, Steve Jobs aura transformé à la fois notre accès à la technologie et son utilisation, la façon de concevoir des produits et de les mettre en marché, celle de créer une entreprise et d'exercer le leadership. En fait, ses changements sont si omniprésents, ils ont tellement pénétré les façons de faire et de penser, qu'on oublie à quel point ils étaient révolutionnaires.

Les entreprises, les unes après les autres, adoptent comme credo le principe de la transparence, le rôle crucial d'une bonne expérience à tous les échelons pour les consommateurs, le fait que le produit doit parler de lui-même, que les meilleures relations publiques sont faites par les fans. Tout ce qui s'impose maintenant avec la montée des médias sociaux faisait partie de l'ADN d'Apple depuis ses débuts. Steve Jobs déclarait, dès 1985, dans une entrevue au magazine Playboy : " Apple met toujours les projecteurs sur les produits, car ce sont eux qui font vraiment la différence. Notre concurrence a besoin de produire des campagnes publicitaires : il y a des pubs pour IBM partout. Mais les bonnes relations publiques informent et éduquent; c'est tout ce qui compte. Vous ne pouvez pas flouer les gens. Les produits parlent d'eux-mêmes. "

Pour cela, Apple, avec Steve Jobs à sa tête, a fait sauter des barrières, dont on a même oublié qu'elles aient pu en être. Personne n'avait eu l'idée de revendiquer le fait que la technologie soit simple et agréable à utiliser. L'équation d'Apple entre technologie et séduction continue d'entraîner des répercussions sur nos façons de travailler, d'être à la fois mobiles, flexibles et efficaces, d'être connectés les uns aux autres, d'accéder à l'information et à la culture.

Ce lien entre technologie et culture représente d'ailleurs une autre révolution d'Apple. Avec le design d'abord, que Steve Jobs plaçait au centre de tout. Aujourd'hui, l'idée que le design fait partie de l'utilité des objets s'avère une évidence. Mais au milieu des années 80, il était encore vu comme un à-côté un peu futile. Apple, toujours en partant du sacro-saint principe de simplicité d'utilisation, a aussi intimement lié la technologie à la consommation des contenus, avec iTunes Store, puis AppStore. Qui aurait imaginé qu'un fabricant d'ordinateurs allait devenir un distributeur majeur de contenus culturels?

Enfin, Steve Jobs a contribué à transformer les idées liées au leadership et à l'entrepreneurship. Avant lui, quel dirigeant de grande entreprise se promenait en col roulé et en jeans? Banal aujourd'hui, mais pas dans les années 80. Et cela va bien au-delà de l'image et de la coquetterie : soyez-vous-même, disait-il; ne laissez pas les opinions extérieures, les préjugés, les idées reçues, vous faire perdre de vue ce qui est essentiel pour vous. " Se souvenir que je vais mourir un jour est ma meilleure façon pour faire les choix vraiment importants, disait-il dans son discours de 2005 aux étudiants de l'université Stanford, l'un des plus citées juste après sa mort. Ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition : ils indiquent déjà ce que vous voulez vraiment devenir. " Il n'a bien sûr pas été seul, mais Steve Jobs a préfiguré ce qui émerge aujourd'hui, du côté des entreprises, dans les façons de gérer et, du côté des individus, d'envisager la vie et le travail. »

Retrouvez cette chronique dans la plus récente édition du magazine Infopresse, présentement en kiosque.

comments powered by Disqus