La référence des professionnels
des communications et du design

La webtélé, plus populaire que jamais au Québec

La websérie « En audition avec Simon » est particulièrement populaire

Selon le dernier rapport Netendances du Cefrio, plus de 2,8 millions de Québécois regardent des vidéos en ligne, alors que le visionnement d'émissions de télé sur internet intéresse près du tiers de la population.

Avec un taux de 29,7 % de webtéléspectateurs, cette proportion représente une croissance de 54,7 % par rapport à l'an dernier. Il s'agit de la seconde activité en importance en matière de divertissement en ligne, derrière le visionnement de vidéos sur des plateformes comme YouTube, qui touche pour sa part 44,6 % des adultes québécois (en comparaison à 35,6 % en 2010).

Alors que la webradio compte un peu plus d'un quart (26,4 %) de la population québécoise adulte à titre d'auditeurs, Claire Bourget, directrice du projet d'enquête, explique qu'en « seulement 12 mois, la proportion d'adeptes de webémissions de télé et de radio, chez les 35-44 ans, est passée de 42, 5% à 59,8 %, celle des 45-54 ans de 35,8 % à 48,9 %, et celle des 55-64 ans de 27,2 à 43,6 % ».

Par ailleurs, on observe également que les 18-24 sont les plus grands consommateurs de vidéos en ligne et que les parents visionnent plus de vidéos que les adultes sans enfants (63 % contre 49,3 %).

Le téléchargement de musique en ligne reste quant à lui plutôt stable, passant de 1,3 million d'adeptes en 2010 à 1,6 million en 2011, tandis que les téléchargements gratuits sont plus importants que les options payantes (22,9 % contre 17,3 %).

Les jeux en ligne touchent 1,7 million d'adultes québécois dont 22,3 % préfèrent les sites web consacrés aux jeux, 13,8 % les réseaux sociaux et 13,8 % les consoles de jeux branchées à internet.

Enfin, le téléchargement de livres en ligne demeure plus marginal, même si en 2011, le nombre a doublé, allant jusqu'à un demi-million de weblecteurs.

Pour consulter le dernier rapport des Netendances, cliquez ici.

comments powered by Disqus