La référence des professionnels
des communications et du design

Maude Lescarbeau : soif d'apprendre

Infopresse propose des portraits de jeunes professionnels de l'industrie à surveiller : cette semaine, focus sur Maude Lescarbeau, 26 ans, conceptrice graphique d'Orangetango.

Maude Lescarbeau ne s'attendait pas, à peine trois semaines après son départ pour la Haute École d'art et de design de Genève dans le cadre d'un échange universitaire avec l'Uqam, à gagner l'important concours du festival de musique Paléo, en Suisse. Le mandat était de renouveler le logo de l'événement, tout en respectant la contrainte du bilinguisme. Afin d'y parvenir, elle s'est inspirée de l'accent aigu au-dessus du « e », qui distingue le français de l'anglais. « Pour concevoir le style du logo, je me suis vraiment inspirée du mandat et du brief », raconte la designer.

À la suite de ce succès, elle a d'ailleurs été invitée à revoir toute l'identité graphique du festival, de concert avec l'agence responsable. « C'est un projet dont je suis très fière, surtout parce que je l'ai réalisé avant d'avoir commencé ma "vraie" carrière. » Refaire le logo de Paléo n'est pas le seul projet d'envergure qu'elle a réalisé durant son séjour en Europe. Haarspange, une typographie conçue dans le cadre d'un cours de création de caractères, a aussi retenu l'attention.

Au Québec, elle a été primée par l'Uqam avec le prix Typographie 2010, ainsi par le concours Grafika, dont elle a reçu le prix Coup de coeur en 2010. C'est d'ailleurs la première fois qu'il était décerné à une étudiante. Puisque la contrainte était d'employer comme forme de base un objet de moins de 10 cm3, la typographie, qualifiée par sa conceptrice de « genevo-québécoise mécanique », a été inspirée d'une petite barrette (haarspange, en allemand, signifie petite pince à foulard). « C'est une typo qu'on ne peut pas utiliser dans la vie, mais comme c'était une expérimentation dans le cadre d'un cours étudiant, j'ai vraiment pu délirer! »

Diplômée depuis un an, c'est dans les rangs d'Orangetango qu'elle évolue. « Depuis que j'ai terminé l'école, je suis en mode éponge : j'observe et j'enregistre tout. J'ai d'ailleurs la chance de travailler avec des gens très généreux. » Où sera-t-elle dans cinq ans? « Aucune idée! Sûrement quelque part où je serai bien et où je pourrai apprendre. J'ai envie de me laisser surprendre! »

En plus de ce portrait, retrouvez dans la plus récente édition du magazine Infopresse, présentement en kiosque, tous les résultats du concours Lux, un portrait du consommateur d'aujourd'hui, ainsi que le jeu du « Une minute avec » avec Ody Giroux, vice-présidente exécutive de Carat Montréal.

comments powered by Disqus