La référence des professionnels
des communications et du design

Le cofondateur de Facebook invite Montréal à rêver

Chris Huges, sur la couverture du magazine Fast Company

« Dream big », voilà l'appel qu'a lancé Chris Hughes hier, lors de son passage à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Celui qui, il y a quelques années, occupait la chambre étudiante Kirkland H33 à Harvard avec Mark Zuckerberg et Dustin Moskovitz, en a profité pour partager son point de vue privilégié sur la création de Facebook (assez différente de celle présentée dans le film The Social Network, selon ses dires), mais aussi pour offrir sa perspective sur les médias sociaux en général.

« Facebook est avant tout un exemple formidable de l'entreprenariat en Amérique. Sa recette a connu du succès, car elle a su réunir des gens indépendant d'esprit, différents et talentueux, puis a convaincu des investisseurs d'y mettre du capital de risque », a-t-il expliqué.

D'ailleurs, pour lui, la montée en force des entreprises du secteur de la technologie n'a rien d'une bulle. « Its really a boom, not a bomb! » Identifiant quelques organisations ayant connu des ascensions fulgurantes ces dernières années, comme Zynga, Tumblr et Instagram, il a justifié son propos en soulignant qu'elles produisent de véritables revenus et qu'elles sont pleinement intégrées à l'écosystème des réseaux sociaux.

Architecte de la prolifique campagne web de Barack Obama pour les présidentielles de 2008, il s'est aussi gardé de vendre une recette magique pour ces plateformes. « Il faut savoir définir ses objectifs et établir sa stratégie en fonction de chaque réseau. Ce faisant, l'on ne doit pas hésiter à y mettre du budget, à engager du personnel et à pleinement l'intégrer aux opérations de l'entreprise. » 

Quant aux tendances à surveiller, Chris Hughes prédit qu'il faudra être particulièrement attentif à la montée de la mobilité et de la technologie NFC, aux nouvelles capacités d'analyse de données abondantes et à la croissance continuelle des réseaux en ligne.

Malgré cette allocution centrée sur l'omniprésence des nouvelles technologies, il a également souligné l'importance de savoir se déconnecter. « Je ne veux pas être connecté perpétuellement. Et je ne désire pas que mes amis sachent toujours ce que je fais. Au final, l'important est de rester en contrôle et de demeurer bien avec soi-même. »

comments powered by Disqus