La référence des professionnels
des communications et du design

Bannir la publicité de produits néfastes pour la santé serait inefficace

Cliquez ici pour lire la note économique

Dans une note économique publiée hier, l'Institut économique de Montréal soutient que bannir la publicité de produits néfastes pour la santé s'avère une solution inefficace à la diminution de leur consommation.

Rédigée par Michel Kelly-Gagnon, président-directeur général de l'organisme, en collaboration avec Youri Chassin, économiste de l'Institut, cette note fait état, grâce à une revue de la littérature scientifique, d'une tendance des gouvernements à bannir la publicité pour les cigarettes, l'alcool, la malbouffe, etc.

"Cela nuit à une industrie créative et productive, soit celle de la publicité, sans même engendrer la contrepartie du bénéfice, qui serait l'amélioration de la santé et du bien-être des gens, explique Michel Kelly-Gagnon. Dans le cas du tabac, par exemple, nous avons établi que la pression des pairs était plus importante que la publicité. Nous abordons aussi la normalisation versus la dénormalisation dans la société, ainsi que de l'information que le gouvernement et d'autres agences de santé peuvent diffuser et qui sont des mesures plus efficaces." À titre d'exemple, l'Institut cite le Manitoba, qui a interdit la publicité de bière en 1974, ce qui n'a eu aucun impact sur la consommation de ce produit, contre celle de l'Alberta, où la publicité est demeurée légale.

"Nous reconnaissons que la publicité a une influence, mais surtout lorsque les produits sont au début de leur cycle de vie, comme un iPad, ajoute-t-il. Ensuite, il est plutôt question de promouvoir une marque plutôt qu'une autre."

L'Institut compte publier une deuxième note économique au sujet de la publicité, plus tard cet été.

Pour lire le texte, cliquez ici.

comments powered by Disqus