La référence des professionnels
des communications et du design

Jean-François Bouchard: "Le statu quo est plus risqué que le changement"

Cliquez ici pour consulter le diaporama de la présentation

En conférence hier devant l'Association des MBA du Québec, Jean-François Bouchard, président de Sid Lee, a partagé sa vision de la créativité en entreprise en évoquant les éléments marquants de l'histoire de son agence. 

Sid Lee, qui a obtenu le mandat nord-américain de Dell, vient d'ouvrir un bureau à Austin, au Texas, après avoir ouvert des succursales à Toronto, Paris et Amsterdam. L'entreprise, agence principale d'Adidas depuis juillet 2010, vient aussi de lancer une campagne internationale qui englobe les différentes marques d'Adidas. Ses autres clients comprennent le Cirque du Soleil, la Société des alcools du Québec et la Société de transport de Montréal.

Jean-François Bouchard, qui a commencé sa conférence en confiant être un décrocheur du programme de MBA, a énoncé les 10 principes qui sous-tendent la gestion de Sid Lee.

1. Faire le "casting" des meilleurs talents. "Il y a une grande différence entre embauche et «casting». Nous avons vraiment compris cela il n'y a pas si longtemps. Notre travail avec le Cirque du Soleil nous l'a notamment fait voir." Sid Lee, a-t-il souligné, multiplie les initiatives innovatrices pour l'embauche, en recourant entre autres largement aux réseaux sociaux.

2. Ouvrir son esprit. "Cela m'a toujours frappé que, dans bien des entreprises, on se permette de brasser des idées lors de sessions de remue-méninges, mais à peu près jamais autrement. Il faut changer d'attitude, les idées ne naissent pas seulement à des moments précis et dans une pièce fermée. Nous en avons conclu que le statu quo est plus risqué que le changement."

3. Stimuler la multidisciplinarité. "Nous avons toujours mélangé les disciplines et nous le faisons plus que jamais. Nous avons été la première agence à entrer dans l'architecture", a-t-il dit en citant en exemple les concepts du spa Bota Bota, les succursales de la SAQ et les boutiques Vidéotron. "Et nous travaillons au futur siège social de Red Bull, à Amsterdam."

4. Jouer en équipe. "L'artiste torturé qui travaille en solitaire, ce n'est plus la façon de faire." 

5. Collaborer et donner. "La créativité ne se trouve plus seulement dans notre entreprise et n'est plus l'apanage d'une petit équipe. Avant, l'on isolait nos gens de recherche et développement, même à l'interne. Maintenant, l'on partage les idées et on les trouve partout. Le pouvoir de l'externe grandit." Il a évoqué le Boot Camp de Créativité commerciale que l'agence se prépare à tenir prochainement à Montréal, puis le livre Conversational Capital, dans lequel des associés partagent les façons d'agir de l'agence. "On début, l'on nous a dit: «Vous êtes malades de tout partager ainsi!» Mais c'est comme cela qu'il faut faire maintenant. Et le temps que le livre sorte, nous sommes déjà rendus ailleurs."

6. Éliminer les frontières. "Au Québec, on n'a pas une très longue tradition d'exportation. Notre expérience à Amsterdam nous l'a fait constater. Et notre travail avec le Cirque du Soleil a encore influencé notre façon de travailler. On a comme principe «internationalize from within»."

7. S'enraciner dans un foyer de créativité. "Plus on travaille ailleurs, plus on voit à quel point l'on n'aurait jamais pu connaître le genre d'ascension que nous avons connue ailleurs de Montréal. Je peux vous assurer que Montréal est un vrai foyer de créativité. Être relativement petits nous oblige à être touche-à-tout, à être multidisciplinaires. Et cela ne concerne pas que l'industrie des communications."

8. Avoir des lieux de vie, et non simplement des lieux de travail. "On conçoit nos bureaux pour qu'ils soient le berceau de la culture, de la créativité, de l'innovation."

9. Expérimenter et se planter. "Les organisations les plus innovantes ont la plus longue liste d'erreurs. Il faut expérimenter toutes sortes de choses." Il a cité en exemple Sid Lee Collective, qui sert de laboratoire pour explorer divers domaines, de la création artistique au design industriel. Et il a aussi révélé que Sid Lee remet annuellement les prix Moros, qui récompensent "les plus grosses conneries de l'année". "Il faut cultiver la culture de l'erreur."

10. S'amuser. "Je ne connais pas d'entreprise qui soit vraiment créative et dont on dise que les partys sont plates..."

Il a par ailleurs souligné que la créativité ne peut pas réellement s'exprimer sans de solides balises. "Il faut guider la créativité et l'encadrer. On doit être très solide du côté des finances (un autre aspect pour lequel le Cirque du Soleil nous a toujours impressionnés), du côté de la mise en marché et aussi, beaucoup, des opérations: il faut pouvoir très bien gérer des gens créatifs. Sinon, une entreprise comme la nôtre pourrait devenir rapidement bordélique. Je suis d'ailleurs ravi de dire que plusieurs associés de Sid Lee ont des MBA!"

comments powered by Disqus