La référence des professionnels
des communications et du design

Flavie Éthier Desgagné: intérêt durable

Infopresse propose des portraits de jeunes professionnels de l'industrie à surveiller: cette semaine, focus sur Flavie Éthier Desgagné, 25 ans, chargée de projets de Cossette.

Avec une mère directrice des communications en entreprise et un père journaliste, il semblait naturel pour Flavie Éthier Desgagné de choisir elle aussi le domaine des communications. "J'ai baigné dedans toute mon enfance, donc je ne me suis jamais questionnée sur mon avenir, c'était clair."

Après un baccalauréat en communications et politique à l'Uqam, elle a par hasard entendu parler d'un nouveau programme court de second cycle nommé "Responsabilité sociale des organisations". Ayant toujours été sensible aux causes environnementales, ce fut alors un bonheur pour elle de pouvoir marier les communications et le développement durable. Elle a d'ailleurs eu l'occasion d'y concevoir une stratégie de développement durable pour Cossette, sous la supervision de Pascale Chassé, vice-présidente et directrice générale de la division Fusion.

Maintenant chargée de projet, elle a été embauchée initialement au sein de l'équipe des commandites (Fusion). Toutefois, en raison de son expertise en développement durable, elle est aussi amenée à travailler pour des projets convergents au sein d'autres services. "Dès qu'il y a un aspect environnemental dans un compte, je m'y ajoute à titre de conseillère pour gérer la manière dont on doit le communiquer."

Depuis son arrivée, elle a oeuvré auprès de annonceurs avec des mandats plus en lien avec la commandite, tels que le Collectif des festivals montréalais, General Motors et l'Orchestre symphonique de Montréal, et d'autres où l'aspect environnemental était plus en jeu, comme Muséums Nature.

En parallèle, elle entame également sa maîtrise, sous la supervision de Bernard Motulsky, à propos de l'impact du web 2.0 sur les discours institutionnels des entreprises au sujet du développement durable. "Beaucoup d'entre elles se disent vertes, notamment en versant plus d'argent dans la réalisation de leur publicité «verte» que dans la prise d'actions réelles, ce qu'on appelle l'écoblanchiment. C'est la dynamique entre cette pratique et l'impact des réseaux sociaux comme source d'information et de dénonciation que je veux analyser au cours de mon projet de recherche."

À courte échéance et à moyen terme, elle souhaite déposer son mémoire et se spécialiser en tant que conseillère en communication du développement durable.

En plus de ce portrait, retrouvez dans la dernière édition du magazine Infopresse, présentement en kiosque, tous les résultats du concours Grafika 2011, un dossier sur la génération Z, ainsi que le jeu du "Une minute avec" avec le réalisateur Simon-Olivier Fecteau.

comments powered by Disqus