La référence des professionnels
des communications et du design

L'AAPQ dénonce l'appel d'offres de la CSST

Yanik Deschênes, président-directeur général de l'AAPQ

L'Association des agences de publicité du Québec (AAPQ) a dénoncé publiquement, hier, le récent appel d'offres publié par la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSST) pour la sélection d'une banque d'agences de publicité. 

En décembre dernier, la CSST avait publié un appel d'offres afin de présélectionner quatre agences qualifiées pour lui fournir des services de publicité pour trois ans. Au cours de cette période, les agences présélectionnées seront appelées à soumissionner de nouveau pour chaque mandat. 

Par communiqué, l'AAPQ a fait savoir que, selon elle, cet appel d'offres ne respecte pas les meilleures pratiques utilisées dans l'industrie pour sélectionner une agence, allant ainsi à l'encontre du Guide élaboré conjointement par les agences et les annonceurs, et visant à accroître la valeur de la relation annonceur-agence. 

"Demander aux agences présélectionnées et choisies de soumissionner continuellement pour chaque mandat de la CSST au courant de la période visée rendra inefficace le processus et aboutira à une perte de temps et d'argent pour tous les intervenants du milieu. De plus, cette situation ne favorisera en rien l'établissement de relations de confiance, si nécessaires pour l'atteinte des objectifs de la CSST", déclare Yanik Deschênes, président-directeur général de l'AAPQ. 

"Malgré notre ouverture, nous trouvons déplorable que la CSST ait décliné toutes nos solutions alternatives proposées, lesquelles étaient à la fois concrètes, facilement réalisables et constructives pour tous. Toutefois, il n'est pas trop tard pour bien faire. Nous demandons donc à la CSST de suspendre l'appel d'offres afin de trouver une solution", dit également Yanik Deschênes.

Le communiqué précise que 90% des membres de l'AAPQ auraient individuellement refusé de soumissionner dans le cadre de cet appel d'offres.

comments powered by Disqus