La référence des professionnels
des communications et du design

Luc-André Cormier: "V continuera de miser sur le talent québécois et la relève"

Luc-André Cormier, vice-président, marketing et stratégie numérique, de V

Plus d'un an après le lancement de V, Luc-André Cormier, son vice-président, marketing et stratégie numérique, revient sur la dernière saison et parle de ce qui est à venir.

Quel est votre bilan de la dernière saison?
Il est très positif! Nos axes stratégiques ont très bien fonctionné. Nous avons principalement misé sur du talent québécois et sur la relève. Ainsi, 70% de nos investissements de programmation ont été dans des productions d'ici. Nous avons aussi développé des blocs horaires stratégiques axés sur la contre-programmation, principalement à l'heure des nouvelles. Par exemple, en fin de soirée, avec "Un gars le soir" et "Dumont", nous sommes passés en un an de 8,6% à 14,4% de parts de marché, ce qui nous classe au deuxième rang. Pendant le 5 à 7, nous avons programmé des émissions familiales en semaine, comme "L'échelle du talent", "La guerre des clans", "Atomes crochus" et "Un souper presque parfait", qui ont connu un bon succès cet automne. Nous nous sommes d'ailleurs classés en deuxième place, derrière TVA, dans cette case, avec 15,9% des parts de marchés auprès des 18-49 ans.

Une des surprises de l'automne fut d'ailleurs "Un souper presque parfait".
Cette émission atteignait 20% des parts auprès des 18-49 ans à la fin de l'automne, se rapprochant de TVA à 18h30 en semaine. C'est aussi notre émission la plus populaire sur le web. De retour pour 14 semaines, elle inclura deux tournées à Québec, une à Sherbrooke et une au Saguenay. Par ailleurs, nous voulons consolider son succès dans les médias sociaux en lançant une application Facebook qui permettra d'accroître le nombre de fans, qui se chiffre déjà à près de 7000. Notre objectif est d'inciter les téléspectateurs à essayer les recettes présentées dans l'émission.

Après un an en ondes, à quoi ressemble l'auditoire?
Bien équilibré, il est 50% féminin et 50% masculin, alors que notre concurrence est beaucoup plus proche du 60/40. Nous nous sommes souvent fait dire que V était un réseau pour hommes. Bien que notre programmation soit peut-être un peu plus "edgy", elle plaît autant aux femmes qu'aux hommes. Nous avons aussi l'auditoire le plus jeune par rapport aux autres généralistes, puisque 50% de nos téléspectateurs se trouvent dans les 18-49 ans.

V compte justement lancer deux chaînes numériques, Bella pour les femmes et V Max pour les hommes. Que vont-elles apporter de plus au paysage télévisuel québécois?
Nous voulons positionner Bella un peu comme un W, au Canada anglais. On y parlera donc de mode, style de vie, décoration, cuisine, etc. La chaîne sera axée sur la femme contemporaine et urbaine de 18-49 ans. Pour V Max, sa programmation va davantage ressembler à un Spike TV, avec le même groupe d'âge que pour les femmes. Les deux chaînes vont nous permettre d'être beaucoup plus flexibles et opportunistes dans notre façon de programmer. Nous pourrons ainsi maximiser le cycle de distribution de nos produits et créer de nouvelles occasions publicitaires.

La programmation hiver-printemps de V commencera le 31 janvier prochain.

comments powered by Disqus