La référence des professionnels
des communications et du design

Véronique Lettre au Salon du livre: "Venez me voir... si je suis encore en vie"

Véronique Lettre, coauteure de "Plus fou que ça... tumeur!"
Cliquez ici pour voir toutes les photos

Véronique Lettre, vice-présidente, service-conseil, de Lg2, auteure de l'ouvrage "Plus fou que ça, tumeur!", qui sera présente au Salon du livre de Montréal, parle de son expérience, de l'impact de la campagne qui annonçait le livre et de ses nombreuses entrevues dans les médias.

Dans son volume, paru au début de septembre aux éditions Stanké et écrit conjointement avec sa mère, Christiane Morrow, Véronique Lettre détaille sa traversée mouvementée dans le système de santé, après le diagnostic d'un cancer rare du cerveau. Elle a emprunté un ton très inusité afin d'aborder un tel sujet: celui de l'humour. Déjà en seconde réimpression, le livre s'est vendu à plus de 6700 exemplaires, ce qui, à l'échelle québécoise, en fait un best-seller. Depuis son lancement, Véronique Lettre a accordé une quarantaine d'entrevues dans les médias, partout au Québec. Elle dédicacera son volume, au stand de Stanké, ce vendredi soir et samedi, de 11h à 12h30. "Je ne sais pas du tout à quoi m'attendre, dit-elle. J'ignore si je vais poireauter toute seule à mon stand... ou s'il va y avoir une file."

En tant que communicatrice, qu'est-ce qui vous a le plus frappée lors de vos nombreuses entrevues?
Dans notre métier, nous sommes habitués de travailler avec les médias, mais j'ai découvert une autre facette. J'ai maintenant beaucoup de respect pour les politiciens, qui se retrouvent là-dedans tous les jours! J'ai appris énormément. Par exemple, à quel point faire de la radio en direct est difficile. Quand on a dit quelque chose, l'on ne plus se reprendre. D'un autre côté, l'on contrôle davantage le message que dans les médias écrits. Dans les magazines et les journaux, nos propos sont refaits à la saveur du journaliste. Je comprends un peu mieux les gens qui affirment: "Ce n'est pas ce que je voulais dire". C'est une prise de conscience majeure. Dans la réalité des médias, tout se passe très vite.

Quel est le premier message que vous aviez à coeur de transmettre quand vous donniez vos entrevues?
Que le plaisir et le drame, le rire et la maladie peuvent cohabiter. C'est l'apprentissage que j'avais fait: même en maladie, il faut se donner le droit de rire, d'avoir du plaisir. Cela dit, sans avoir la prétention d'avoir écrit un livre "à message".

On imagine que de travailler dans les communications vous a aidée lors de vos entrevues?
C'est évident que d'être formée en communication, d'avoir acquis une aisance et une expérience à faire des présentations m'a beaucoup aidée. Et d'avoir été soutenue par une campagne de publicité aussi. Ce qu'on a fait a d'ailleurs suscité un peu de jalousie chez certains auteurs. J'ai eu une chance immense d'avoir l'équipe de Lg2, à laquelle j'avais donné carte blanche et qui a créé une supercampagne. Sans oublier le soutien des médias: Zoom, Astral, Métrovision, le journal Métro, etc. Le concept était risqué, d'une certaine façon, mais nous n'avons reçu aucun commentaire négatif. Et l'offensive a connu un grand impact, y compris au chapitre des relations publiques. Bien des gens des médias, comme Josée Blanchette, qui a publié un article dans Le Devoir, ou la recherchiste de TVA en direct, m'ont contactée parce qu'ils ont vu la pub...

Une autre conclusion qui s'impose en lisant le livre, c'est qu'il faut être "fait fort" pour être malade. Et, en plus, être instruit et soutenu...
D'être bien accompagnée a été crucial pour moi. Et aussi le fait que, en publicité, j'ai acquis l'expérience de la gestion de projets. Nous sommes habitués de coordonner des intervenants, de centraliser de l'information. J'ai appliqué mon expérience en gestion de projets à mon propre dossier médical! Mais c'est vrai que je ne sais pas comment des gens démunis, âgés, s'en sortent là-dedans.

Crédits pour la publicité
Annonceur: Groupe Librex
Agence: Lg2
Vice-présidence et direction de création: Marc Fortin
Direction de création et conception: Philippe Comeau
Direction artistique: André Dubois
Planification stratégique: Alexis Robin
Service-conseil: Annie Tremblay

"Le courage de l'auteure et de la maison d'édition nous a inspirés cette création épurée, sans détour."
- Philippe Comeau, directeur de création de Lg2

comments powered by Disqus