La référence des professionnels
des communications et du design

Journal de Montréal: le syndicat refuse l'offre

Les 253 syndiqués en lock-out du Journal de Montréal ont rejeté à 89% la proposition déposée par Quebecor, lors d'une assemblée générale spéciale, hier. 

"L'offre patronale a ainsi été rejetée, témoignant que les offres de Quebecor demeurent aujourd'hui inacceptables pour la majorité des membres, malgré le fait que le lock-out perdure depuis plus de 20 mois. L'entreprise propose à près de 200 employés (soit 80 % des effectifs) d'accepter une offre qui va carrément les mettre à la porte. L'entreprise a augmenté les indemnités de licenciement consenties à ces salariés, mais a exigé du même coup la renonciation à des conditions de travail négociées depuis les 40 dernières années pour les quelques employés restants. De plus, Quebecor réclame que les employés de la rédaction s'engagent à ne pas travailler pour ses concurrents, La Presse, Cyberpresse et la fermeture de Rue Frontenac," peut-on lire dans le communiqué envoyé en fin de journée par le Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal.

Raynald Leblanc, président du syndicat, a rappelé qu'avec seulement 17 journalistes, la salle de rédaction du Journal serait la plus petite pour un quotidien payant de cette envergure en Amérique du Nord.

La convention collective des employés du Journal de Montréal est échue depuis le 31 décembre 2008.

comments powered by Disqus