La référence des professionnels
des communications et du design

Pourquoi se rendre à New York?

Jean-Sébastien Monty
Dany Renauld

En prévision de la mission Montréal.ad à New York, Jean-Sébastien Monty, coprésident et cofondateur de CloudRaker, et Dany Renauld, coprésident de Brad, parlent des raisons pour lesquelles ils feront partie de la délégation québécoise.

Jean-Sébastien Monty: "C'est une occasion pour nous de continuer de prendre en personne le pouls du marché américain. Nous venons d'ailleurs d'obtenir un mandat en Californie avec Oakley et venons de finir un autre «pitch» là-bas pour Specialized; nous travaillons aussi avec Nickelodeon. Mais ça va nous permettre de voir l'ouverture dans ce marché pour des «boutiques» de l'externe - dans ce cas-ci, de Montréal. Nous sommes également chanceux de pouvoir travailler avec des marques comme L'Oréal, Air France et la Banque Royale hors du Canada, et avons récemment obtenu un mandat du groupe d'Alexandra Cousteau, installé à Washington, pour une tournée en Amérique du Nord. Il ne faut pas oublier qu'on oeuvre avec Asics Worldwide pour Onitsika Tiger depuis presque deux ans, à Amsterdam. C'est motivant de pouvoir travailler à d'autres enjeux que seulement ceux de nos marchés. Ça te garde réveillé. L'on veut continuer notre percée à l'internationale, mais doucement. Il ne faut quand même pas oublier notre chez nous. Nous adorons Montréal, c'est là où nous vivons tous. Nous avons plusieurs événements et rencontres au programme; certains organisés par l'AAPQ, d'autres en solo. J'ai bien hâte de voir l'atmosphère de la journée Montréal, jeudi prochain."

Dany Renauld: "Je dirais que c'est une phase exploratoire. Nous sommes présentement dans une phase de bonne évolution. Il y a six ans, nous avions entrepris, dans la même dynamique, la démarche pour être présents à Toronto, mais nous avons suivi cela par un partenariat avec l'agence Grip Limited. Donc, nous allons à New York pas pour un partenariat, mais pour du long terme. Nous sommes curieux. Nous désirons aller découvrir ce qui se fait là-bas. Nous sommes allés à Cannes à plusieurs reprises, mais avec cette mission que l'AAPQ organise, nous sommes en observation. Nous allons rencontrer des gens et semer des graines. D'abord, y a-t-il une demande? S'il y en a une, de quelle façon? Il s'agit vraiment de savoir ce que ça va donner, et ça, on ne le sait pas. L'on veut également voir les nouvelles tendances et les façons dont le marché évolue. Nous désirons savoir comment notre agence peut naviguer dans cet environnement là. Oui, il y a des gros groupes, mais de petites agences font leur marque sur le monde. C'est bon d'apprendre sur les modèles d'affaires des agences américaines. C'est exploratoire à tous les chapitres, en matière de développement d'affaires, de façon d'agir et d'approche de la publicité aujourd'hui."

comments powered by Disqus