La référence des professionnels
des communications et du design

Affaires Plus devient a+

Daniel Germain, chef de publication d'a+
L'édition d'a+ qui sort en kisoque cette semaine

Avec sa nouvelle édition en kiosque demain, le mensuel Affaires Plus devient a+ et arbore une grille graphique revampée et un contenu repensé. Daniel Germain, chef de la publication, explique cette refonte, qui a notamment pour objectif d'offrir de nouvelles possibilités aux annonceurs.

Pourquoi passer d'Affaires Plus à a+?
Cela va permettre d'affirmer davantage l'identité du magazine par rapport au journal Les Affaires, puisque les deux publications sont souvent confondues. C'est une transition amorcée entre Affaires Plus et a+. Le magazine va continuer d'évoluer dans cette refonte au cours des prochains mois.

Quels en sont les objectifs?
Nous avions entre autres pour objectif d'offrir de nouvelles possibilités aux annonceurs. Nous devenons plus attrayants pour certains types d'annonceurs, comme le commerce de détail, le vêtement, la beauté, l'automobile. De plus, la refonte s'inscrit dans un repositionnement du portefeuille de produits du Groupe Les Affaires.

Quelles sont les nouveautés?
Affaires Plus a toujours trempé les orteils dans le style de vie. Une chronique sur le vin et une rubrique automobile en ont notamment déjà fait partie. Il y a deux ans, nous avions pris une tangente consommation et conseils. Avec a+, nous remettons l'accent, cette fois un peu plus, sur le style de vie. Nous avons constaté que le magazine serait plus amusant et davantage intéressant à lire. Par exemple, nous parlons de style vestimentaire, de cuisine et de vin. Même si nous aurons des références un peu plus populaires, qui devraient toucher un lectorat un peu plus large, nous gardons toujours en tête notre cible principale, les gens d'affaires. Le thème de la carrière demeure donc toujours important. En bref, nous deviendrons un peu plus gars et un peu ludique. Nous voulons devenir le "côté sucré" du Groupe Les Affaires.

Le mensuel a+ est publié par Médias Transcontinental.

comments powered by Disqus