La référence des professionnels
des communications et du design

Le CRTC publie son portrait financier de la télé canadienne

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a publié ses rapports annuels sur les résultats financiers des distributeurs de la radiodiffusion canadienne et des télévisions conventionnelles.

Distributeurs
L'an passé, la croissance des revenus des câblodistributeurs a perdu de la vitesse pour se chiffrer à 11,9%. Les revenus totaux ont augmenté de 1 milliard$ s'établissant à 9,2 milliards$. Quant aux dépenses d'exploitation, elles ont grimpé de 10,6%, passant de 4,6 milliards$ à 5,1 milliards$. Les bénéfices avant intérêts et impôts (BAII) ont aussi augmenté, se chiffrant à 2,3 milliards$ en 2009.

En tout, 8,1 millions de foyers canadiens sont abonnés à une entreprise de câblodistribution pour obtenir les services télévisuels de base, soit une hausse de 2,2%.

Du côté des autres modes de distribution, les satellites de radiodiffusion directe (SRD) et les systèmes de distribution multipoint (SDM), les recettes totales des entreprises ont grimpé de 7% pour atteindre 2,2 milliards$ en 2009. Les dépenses d'exploitation ont légèrement augmenté, atteignant 1,73 milliard$. Leurs BAII sont, eux, de 82 millions$.

Le nombre d'abonnés aux services de base a atteint 2,8 millions pour 2009, une progression de 2,3%.

Télévisions conventionnelles
En ce qui concerne les radiodiffuseurs privés, leurs revenus totaux ont chuté de 7,9% pour atteindre 1,97 milliard$ en 2009. Malgré une diminution des dépenses d'exploitation de 2,4%, les télédiffuseurs ont perdu 116,4 millions$ avant intérêts et impôts, entraînant une marge de profit négative de 5,9%. Leurs BAII ont atteint 8 millions$ en 2009.

Un recul de 190 millions$ s'observe dans la vente de publicité locale et nationale. De 2008 à 2009, les revenus de la publicité locale ont chuté 10,1%, se chiffrant à 348 millions$. Ceux de la publicité nationale ont perdu 10,3%, s'établissant à 1,32 milliard$.

Au total, 75,2% des dépenses ont été consacrées à l'acquisition et à la réalisation d'émissions. Leurs investissements dans la programmation canadienne ont été de 599,4 millions$, une baisse de 3,3%. 30,2 millions$ de plus ont été consacrés à l'acquisition d'émissions. Le CRTC souligne que les investissements dans la "programmation étrangère ont atteint un sommet sans précédent", soit 59% de tous les investissements en programmation.

Les investissements en programmation canadienne par les télédiffuseurs privés se détaillent ainsi: 75,4 millions$ pour les dramatiques, 80,9 millions$ pour les émissions d'intérêt général, 312,1 millions$ pour celles d'information, 65,9 millions$ pour d'autres émissions d'information, 38,3 millions$ pour les émissions de musique et de variétés, 3,8 millions$ pour les émissions sportives et 11,1 millions$ pour les jeux-questionnaires.

comments powered by Disqus