La référence des professionnels
des communications et du design

Justin Kingsley: "Vancouver ville design, Ze French et autres vignettes olympiques"

Justin Kingsley, vice-président des opérations spéciales de Bleublancrouge.
Feu Léo Obstbaum, directeur artistique et gourou design des Jeux
Cliquez ici pour voir toutes les photos

Justin Kingsley, vice-président des opérations spéciales de Bleublancrouge, est à Vancouver, d'où il nous transmet, en exclusivité, ses impressions en direct des Jeux olympiques.

Le design aux Jeux
On peut dire que Vancouver est devenue, si elle ne l'était pas, une vraie ville design grâce à ces Jeux. Depuis mon arrivée ici, il y a une semaine, il est clair que c'est exactement ce que les organisateurs avaient en tête. On peut voir la charte graphique, créée par Léo Obstbaum du Comité organisateur de Vancouver (Covan), exactement... partout: aéroport, trains vers le centre-ville, affiches, poteaux, t-shirts, bref, là ou vont nos yeux.

Mais c'est une histoire en grande partie triste. Léo, le directeur artistique et gourou design des Jeux - un chic type qui avait sa Barcelone chill et cool tatouée dans chaque geste - est mort subitement quelques mois avant l'ouverture des Jeux. Son coeur, qui n'avait que 39 ans, s'est arrêté. Pif-pof, comme ça! Il avait une femme et une petite fille de cinq ans.

Il était venu chez Bleublancrouge à quelques reprises nous parler de son design, nous demander 5% plus de bleu dans certaines pubs, nous montrer la flamme (son design), les médailles (son design), la charte graphique (son design)... vous commencez à comprendre, je sais.

Léo n'est plus ici, mais il est partout.

Home for the Games
L'hôtel où habitait l'équipe de Bleublancrouge lors de visites précédentes pour bosser sur la pub des Jeux coûte maintenant environ de 800$ la nuit. Multiplions par 18 nuits, ça aurait fait? Un instant svp... Bof, plus de 14 000$. À huit heures par nuit, si l'on est chanceux (il s'en passe des trucs pendant les Jeux), ça fait 100$ l'heure pour des dodos.

L'autre côté de la médaille: depuis quelques années, un toit à Vancouver coûte une fortune. Pensez condo de luxe dans le Vieux-Port de Montréal, puis multipliez par deux. Sans blague.

Cela veut dire que depuis quelques années, les sans-abri se multiplient, les "professionnels" se partagent des maisons, comme des étudiants. Des allumés du coin Commercial Drive, menés par l'auteur Charles Montgomery, ont eu une grande idée: Homeforthegames.com. Les journalistes adorent, incluant l'émission chrétienne 100 Huntley Street.

Grâce à Home for the Games, des centaines de familles à Vancouver offrent une chambre ou un appartement aux visiteurs. Ça commence à 100$ par nuit, et 50% des revenus sont pour Covenant House, une oeuvre charitable qui aide les sans-abri. À ce jour, plus de 50 000$ ont été récoltés. La "gang" de Londres 2012 (Jeux d'été) a téléphoné la semaine dernière.

Canada Goose (Egg)
Vous savez ce qu'est dans le lingo du sport un "goose egg"? C'est un gros zéro. Eh bien, vous n'allez pas le croire, mais c'est, pour une fois, la météo qui nous dit la vérité. Depuis mon arrivée ici, je n'ai pas vu un seul parka Canada Goose. Zéro. Zilch. Nada.

Pourquoi, demandez-vous? Simple, il fait de 8 à 10 degrés tous les jours, et, huit fois sur 10, il pleut. Donc, ici, le paradis de la mode météo, c'est Mountain Equipment Coop. Chaud, c'est beau, paraîtrait.

Ze French
Non, non, je ne vais pas faire de morale sur la langue ou le débat sur le français (et son absence) des cérémonies d'ouverture. Mais il est tout de même intéressant que peu des citoyens ici comprennent pourquoi ça peut être frustrant pour les francos.

D'ailleurs, c'est chez Black Dog Video, dans le quartier East Hastings (mignon, imaginez la Petite Italie avec des granos urbains et beaucoup de crack) où j'ai pu en parler avec un type du quartier. Disons qu'il s'appelle Jack.

Jack: Quebecers just complain because they want more stuff, that's why the separatists keep at it.
JK: Ah oui? Et la voie ferrée qui se rend jusqu'ici, elle est apparue pourquoi?
Jack: What? No idea man.
JK: Le premier mouvement séparatiste au Canada. T'as pas lu le Columbia River Treaty?
Jack: Oh, I didn't know that. No.
JK: No shit, mon cher.

La devise non officielle des fans, dans la rue
C'est assez cool de voir la devise olympique officielle, écrite par Bleublancrouge - vous l'avez appris en lisant Infopresse récemment - affichée partout en ville. C'est surtout une belle source de fierté d'apercevoir ça sur la glace à la Place Canada Hockey. Mais quand le Canada remporte l'or, l'on ne chante pas tous le même refrain.

Sur la rue Robson au centre-ville, piétonne pendant les Jeux, on chante un nouveau refrain, pas encore approuvé par le Covan: "We're red! We're white! We're fucking dynamite!"

Mais faites gaffe, la toune colle dans le creux de la tête quand on la chante. Faites-moi confiance.

comments powered by Disqus