La référence des professionnels
des communications et du design

Davos: La perte de biodiversité, véritable risque économique

Dans le cadre de son rapport, le WEF a publié des cartes interactives permettant de visualiser les inter-relations entre divers risques.

Dans un récent rapport, le Forum économique mondial (WEF), organisateur du sommet de Davos, indique que la dégradation de la biodiversité devrait être sur le radar des décideurs en tant que risque majeur.

Dans Global Risks 2010, dont la publication survient à quelques jours du prochain sommet de Davos, le WEF expose un ensemble de risques auxquels le monde fait face : crises financières, maladies infectieuses, sous investissement en infrastructures, chômage, ou hausse du prix du pétrole. Le rapport fait aussi le point sur de nouvelles variables géopolitiques et décrit leurs interconnexions sous formes de cartes interactives : ainsi, aux côtés de la criminalité transnationale et de la sécurité des systèmes d'information figure la perte de biodiversité.

Le WEF rappelle en effet que la gouvernance entourant l'utilisation durable des services que procure la biodiversité est trop souvent exclue des processus de décision. La dégradation de la biodiversité se chiffre pourtant entre 2 et 4,5 trillions de dollars. Elle touche non seulement les exploitants de ressources naturelles, mais la chaîne d'approvisionnement de tous les secteurs industriels.

Si la valeur de la biodiversité -- la vie sur terre -- est difficilement chiffrable, certains exemples sont parlants : le déclin des colonies d'abeilles aurait coûté 15 milliards$ aux agriculteurs américains en 2007. En fait, le rapport du WEF rappelle que toute entreprise a besoin des services qu'apporte la biodiversité, y compris les entreprises québécoises : que ce soit en tirant profit des protections contre les tempêtes ou contre l'érosion pour les forestières, l'utilisation d'eau potable par les agriculteurs, de ressources génétiques par l'industrie pharmaceutique ou de fibres par l'industrie de la construction. Sans oublier l'industrie du tourisme qui tire profit des grands espaces naturels.

Pour télécharger le rapport du Forum économique mondial cliquez ici (en anglais). 

comments powered by Disqus