La référence des professionnels
des communications et du design

Facebook en guerre contre le suicide virtuel

Cliquez ici pour accéder au site de Web 2.0 Suicide Machine
Cliquez ici pour accéder au site de Seppukoo

Facebook a déclaré la guerre à SuicideMachine.org et Seppukoo.com, deux sites qui permettent l'élimination de son profil sur le célèbre réseau social. Il ne s'agit pas ici de blanchir sa réputation sur le web, mais bien d'effacer son compte. Dans les deux cas, Facebook, qui compte plus de 350 millions d'utilisateurs, soutient que ces sites violent sa politique de confidentialité en demandant de l'information personnelle aux internautes.

Web 2.0 Suicide Machine, établi aux Pays-Bas, a déjà supprimé les liens d'amitié de 50 000 membres et détruit le profil de 500 autres sur Facebook. Lundi, ce dernier a annoncé avoir enrayé l'accès de Suicide Machine pour ce qui est des adresses IP. Selon Mashable, le site travaillerait à contourner la mesure prise par Facebook pour que les gens puissent continuer d'effacer leur profil. À noter que Suicide Machine, qui propose de "dire au revoir avec dignité" à la vie virtuelle, permet également de supprimer son profil sur MySpace, LinkedIn et Twitter

Seppukoo a, lui, reçu une mise en demeure de Facebook l'intimant de ne plus suggérer aux gens: "Impressionnez vos amis. Déconnectez-vous". Seppukoo, qui mentionne aussi "Vous êtes plus que votre identité virtuelle", a été créé par le "groupe artistique imaginaire" italien Les Liens invisibles. Sur ce site, qui tient plus du réseau antisocial, la popularité n'est pas déterminée par le nombre d'amis, mais selon le pouvoir d'influence, puisqu'on peut gagner des points en fonction du nombre de personnes qu'on réussit à convaincre d'éliminer leur profil. Le terme "Seppukoo" désigne le suicide rituel japonais que les samouraïs exécutaient pour ne pas tomber aux mains de l'ennemi.

comments powered by Disqus