La référence des professionnels
des communications et du design

Paul Lavoie à Cannes: «Je veux garder le jury réveillé»

Paul Lavoie, président du jury Radio aux Lions de Cannes 2010

À la suite de l'annonce de sa nomination à la tête du jury Radio aux prochains Lions de Cannes, Paul Lavoie, président de l'agence Taxi, expose ses priorités et ses intentions. En 1992, Paul Lavoie a fondé, à Montréal, l'agence Taxi, qui est aujourd'hui présente à Toronto, à New York et, depuis le printemps dernier, à Amsterdam. Il présidera, au prochain Festival international de la publicité de Cannes, la catégorie Radio.

Comment voyez-vous votre rôle, et les défis pour la présidence de ce jury ?

Le premier défi que je me donne, c'est de garder le jury réveillé ! J'ai déjà jugé de la radio et, honnêtement, cela peut être très « plate » : pouvez-vous imaginer écouter 11 heures de pubs radio, des écouteurs sur les oreilles ? On devait faire des pauses après une heure ou deux, on n'était plus capables...  Concrètement, ce que je veux essayer de faire, c'est de créer un peu de connivence durant le jugement. D'après ce que je sais, c'est un jury où l'on peut se sentir très isolé: on est branché sur ses écouteurs pendant trois jours... Alors que c'est très important d'avoir un rapport entre les jurés.

Comment voyez-vous la création radio, et ce qui a des chances d'émerger ?

Je me dis souvent que, si j'étais rédacteur, un Lion Radio est le prix que je voudrais gagner. C'est un média où l'on ne peut pas se cacher derrière la production ou les effets. Angus Tucker (aujourd'hui à l'agence john st), un rédacteur avec qui j'ai beaucoup aimé travailler, disait souvent « c'est comme vouloir se cacher sur un court de squash ». C'est impossible. Tout repose, au départ, sur l'excellence de la rédaction, pour capter l'attention et provoquer l'émotion. Et puis, il faut quand même garder en tête que ce qui gagne à Cannes, et dans toutes les catégories, ce sont les concepts qui peuvent être compris dans diverses cultures. Il y a des pubs qui excellent dans leur marché, mais avec des concepts très spécifiques, et qui ne gagnent pas de prix. Ce sont les limites de concours comme celui de Cannes. Historiquement, ce sont beaucoup les pays anglo-saxons qui gagnent. Mais tout de même, il y a deux ans, le Japon avait gagné le grand prix. Il y a de nouveaux pays qui émergent dans les prix, et c'est très intéressant. Au final, à la tête de ce jury, je veux m'assurer que nous aurons vraiment mis en avant ce qui se fait de mieux en radio dans le monde.

comments powered by Disqus