La référence des professionnels
des communications et du design

Cosmos cause la surprise en relançant Cossette

François Duffar, président du conseil et chef de la direction de Cosmos

Cossette a indiqué hier que son conseil d'administration examinera l'offre modifiée annoncée par Cosmos Capital mardi, dès que Cosmos l'aura déposée.

L'annonce faite par Cosmos Capital, quant au fait qu'elle augmentait son offre d'achat afin d'égaler celle de Mill Road Capital pour Cossette a été décrite hier comme "une surprise" par plusieurs observateurs du milieu, qui croyaient la partie terminée.

Dans un communiqué émis mardi en soirée, Cosmos, groupe piloté par François Duffar, ex-dirigeant de Cossette, a en effet annoncé qu'elle augmentait son offre publique d'achat au prix de 7,87$ par action au comptant en vue de l'acquisition de toutes les actions à droit de vote subalterne émises et en circulation de Cossette. C'est exactement le montant par action annoncée par Cossette lors de la transaction avec la firme américaine Mill Road Capital, annoncée le 10 novembre dernier.

"Notre décision d'égaler l'offre actuelle démontre notre volonté de poursuivre la démarche d'acquisition de Cossette et notre confiance dans les perspectives futures de la Compagnie", y explique aussi François Duffar, président du conseil et chef de la direction de Cosmos.

Cosmos redemande également, comme par le passé, au conseil d'administration de Cossette de lui donner accès à tous les renseignements non divulgués publiquement que Cossette rendait disponibles aux autres parties intéressées. Elle ajoute avoir signifié au conseil d'administration de Cossette qu'elle pourrait augmenter le prix de son offre au-delà de 7,87$ à la suite de la revue de ces renseignements. "Nous voulions d'abord communiquer le fait que nous sommes un acquéreur sérieux, soulignait encore hier Sylvia Morin, porte-parole de Cosmos. Nous cherchions aussi à sécuriser le soutien des actionnaires qui appuient déjà Cosmos, comme Burgundy Assets Management. Pour le conserver, il fallait égaler l'autre offre. Après avoir eu accès aux renseignements, Cosmos pourrait décider d'augmenter son offre. On peut difficilement envisager que le conseil d'administration nous refuse cela, surtout s'il y a la perspective d'obtenir une meilleure valeur pour les actionnaires."

Dans son billet d'hier, François Pouliot, blogueur à Argent spécialisé dans les questions boursières, soulignait lui aussi que "HIG Capital, l'un des partenaires financiers importants du groupe, souhaiterait apparemment pouvoir voir les livres de Cossette avant de s'engager pour un si haut prix."

Cosmos a par ailleurs fixé l'échéance pour son offre à 17h (heure de Montréal) le 7 décembre 2009, à moins que Cosmos ne la prolonge ou ne la retire. "Cosmos veut l'accès à la salle des données pour une courte période seulement", souligne Sylvia Morin. Maintenant, la balle est dans leur camp. C'est un processus qui suit son cours... mais il faudrait que ça accélère un petit peu."

Dans son communiqué émis hier en fin de journée, Cossette indique qu'elle examinera l'offre "dès que Cosmos l'aura déposée auprès des autorités de réglementation en valeurs mobilières provinciales canadiennes. Le conseil d'administration de Cossette décidera à ce moment si des mesures doivent être prises pour se conformer à ses devoirs fiduciaires en vertu des lois applicables, tout en respectant les obligations de Cossette aux termes de l'entente de fusion datée du 9 novembre 2009" conclue avec Mill Road Capital.

Cossette indique aussi qu'elle n'émettra d'ici là aucun autre commentaire à ce sujet, et qu'elle "recommande à ses actionnaires de reporter la prise de toute décision jusqu'à ce que son conseil d'administration ait eu l'occasion d'examiner attentivement l'offre modifiée de Cosmos."

Rappelons que, le 20 juillet dernier, Cosmos a lancé une offre d'achat non sollicitée pour acquérir les actions de Cossette qu'elle ne détient pas déjà. François Duffar, ancien associé et fondateur de Cossette, en avait quitté les opérations en janvier 2007. Georges Morin, jusqu'alors vice-président principal, développement, venait tout juste de démissionner pour se joindre au Groupe Cosmos, qui comprend aussi Jean Monty, président de Libermont et ancien dirigeant de Bell, et Daniel Bernard, président de Provestis et président du conseil de Kingfisher, de même qu'un fonds international de capital-investissement privé, dont on apprenait à la fin d'août qu'il s'agit de HIG Capital.

L'action de Cossette (KOS) a clôturé hier à 8$ à la Bourse de Toronto. Pour en voir le cours aujourd'hui, accédez ici aux cotes de la com d'Infopresse.

Pour plus d'information, lire aussi: L'achat de Cossette: commentaires et explications.

comments powered by Disqus