La référence des professionnels
des communications et du design

Blaise Renaud: "Renaud-Bray gagne, dans les IGA, une proximité avec le public"

Blaise Renaud, directeur commercial de Renaud-Bray
Cliquez ici pour voir toutes les photos

Renaud-Bray renforce son positionnement sur le marché, notamment en mettant en ondes une première campagne télé et en ouvrant sous peu des librairies dans des succursales IGA extra. Blaise Renaud, directeur commercial de Renaud-Bray, explique la nouvelle approche de l'entreprise.

Quelle est la stratégie qui entoure l'ouverture de librairies dans trois IGA extra?
Elle repose sur notre principe qui consiste à toujours rendre les livres et la culture plus accessibles. La librairie est un commerce assez particulier, qui a parcouru un long chemin au cours des dernières décennies. Par exemple, dans les années 70, les librairies demeuraient inaccessibles et intimidantes pour beaucoup de gens. On a commencé à concevoir des ambiances plus attrayantes et moins intimidantes. Ensuite, différentes combinaisons de produits ont été offertes avec les livres: jeux, disques, idées de cadeaux, etc.  Comme les librairies sont des lieux que les gens visitent au plus deux fois par mois, être présent dans un environnement qu'ils fréquentent jusqu'à deux fois par semaine en moyenne constitue un nouveau pas dans une direction inexploité par les librairies au Québec. On peut vraiment gagner une proximité avec le public. Il est aussi à noter que les librairies seront complètement indépendantes des IGA, avec leurs propres heures d'ouverture et leurs propres caisses.

Pourquoi avoir choisi IGA?
Pour plusieurs raisons, la première étant la position dominante qu'occupe IGA. La seconde est son nombre élevé de points de vente. Il peut nous permettre une expansion rapide si nous y connaissons le succès souhaité.

Après avoir ouvert un centre de distribution pour le site web, comptez-vous vous lancer dans le livre numérique?
Toujours dans l'idée de la démocratisation du livre, nous préférons attendre que les gens soient prêts à embarquer. Nous observons bien sûr ce qui se passe, mais nous avons choisi de ne pas aller de l'avant avec le livre numérique pour l'instant. Il y a toujours une demande extrêmement forte pour celui de papier. Alors, nous concentrons nos efforts sur une offre plus développée, notamment avec le lancement de notre centre de distribution. Notre clientèle est prête à nous suivre là-dedans. De plus, le livre numérique est très différent dans la manière dont il est produit et commercialisé en français par rapport à l'anglais.

Différent de quelle façon?
Dans le monde anglophone, il y a une certaine uniformité des formats et des lecteurs. En français, c'est complètement autre chose. Il y a des guerres de formats entre les éditeurs. Plusieurs questions sur la marge accordée aux libraires, sur les canaux de diffusion et sur les droits d'auteur ne sont toujours pas réglées. Aussi, nous avons toujours été le plus gros canal de diffusion en Amérique de titres francophones et nous voulons que cela reste ainsi. Pour l'instant, l'offre numérique demeure limitée.

comments powered by Disqus