La référence des professionnels
des communications et du design

Marie-Luce Ouellet: "Le YUL-LAB va à Chicago pour ouvrir le chemin"

Marie-Luce Ouellet, directrice des communications de l'AAPQ

Marie-Luce Ouellet, directrice des communications de l'Association des agences de publicité du Québec (AAPQ), explique le travail d'organisation entourant la première délégation du YUL-LAB, qui entreprend demain sa mission à Chicago.

Quel travail d'organisation nécessite une telle mission?
C'est un processus qui part de loin, parce que nous avons d'abord eu à convaincre des membres, en assemblée générale, de créer un projet et de faire consensus. Tant que les agences n'étaient pas derrière nous, nous ne pouvions pas penser aller à l'international. À partir du lancement d'YUL-LAB, nous avons pu envisager d'organiser une mission commerciale. Yanik Deschênes, le président directeur-général de l'AAPQ, s'est ensuite rendu à Chicago pour explorer le terrain.

Comment fait-on pour approcher des marques internationales?
Nous avons conçu des invitations personnalisées, destinées aux responsables des grandes marques ayant leur siège social à Chicago. Un suivi a été assuré pour chaque invitation. Une campagne de référencement web a aussi été réalisée dans la région de Chicago, pour nous assurer que, après avoir reçu leur paquet, s'ils faisaient une recherche dans Google, ils pouvaient constater la crédibilité du projet. Le tout s'est soldé par des rendez-vous. Les cinq agences devaient ensuite nous donner les cinq annonceurs qu'elles étaient intéressées à rencontrer. Évidemment, elles avaient priorité sur les marques dont le compte était détenu par leur entreprise-mère. L'objectif est de trois rencontres d'affaires pour chaque agence. Notre rôle est d'ouvrir le chemin, puisque les agences font aussi leur propre démarchage.

Quel a été le plus gros défi dans cette organisation?
C'était de cogner à des portes où nous n'étions pas invités, pour ensuite convaincre que notre offre constituait un bénéfice. Il faut vendre notre idée à des gens qui ont très probablement autre chose à faire que de nous écouter. Il est facile d'arriver chez quelqu'un quand on est invité, mais quand on ne l'est pas, c'est une autre histoire! Au début, on ne les connaissait pas et l'on ne connaissait pas leur réalité. Yanik Deschênes est donc allé sur place pour défricher le terrain. Nous avons notamment constaté qu'il fallait aller droit au but. Il ne faut pas vraiment jouer le jeu de la séduction.

Et l'objectif du voyage?
Nous voulons d'abord des rendez-vous. Nous désirons ensuite semer une graine dans la tête des gens que nous allons rencontrer. Ils doivent savoir que ce projet existe. Au retour, nous allons les resolliciter. La mission est également un test qui va nous permettre de réévaluer nos offensives internationales pour les prochains mois.

La délégation de l'AAPQ est à Chicago du 18 au 20 novembre. Elle est composée de cinq agences: Cossette, Bleublancrouge, BBDO, Sid Lee et Palm + Havas.

comments powered by Disqus