La référence des professionnels
des communications et du design

Marc-André Grondin: un potentiel inexploité

Marc-André Grondin obtient un indice ID de 3,4 sur 10.

Infopresse dévoile les résultats d'une étude exclusive menée par Ipsos Descarie mesurant la notoriété et le niveau d'appréciation d'une personnalité publique (indice ID). Durant le prochain mois, les quatre personnalités étudiées seront des acteurs du petit et du grand écran québécois. Cette semaine, la vedette du film Crazy: Marc-André Grondin.

Il obtient un indice ID de 3,4 sur 10, ce qui le place en dernière place des quatre personnalités mesurées.

Résultats
Marc-André Grondin n'est connu que de 54% des Québécois. C'est parmi les 18-34 ans (61%) et chez les gens plus scolarisés (63%) que son niveau de notoriété est le plus élevé. Il obtient par ailleurs un score d'appréciation acceptable de 6,3 sur 10.

Fans et détracteurs
L'appréciation de Marc-André Grondin est beaucoup plus forte chez les femmes (6,7) que chez les hommes (5,9). Paradoxalement, même s'il est davantage connu chez les moins de 35 ans, ce sont surtout les 35+ qui l'apprécient le plus.

Facteurs de notoriété
C'est dès l'âge de trois ans que Marc-André Grondin a fait ses débuts à la télévision. Il est apparu dans plusieurs séries télévisées, notamment Sous un ciel variable, Les super mamies et Watatatow. En 2003, il s'est révélé au grand écran grâce à une performance éblouissante dans le film Crazy. Les choix professionnels de Marc-André Grondin ont probablement influencé sa notoriété auprès du public Québécois. Depuis Crazy, il s'est fait plus discret à la télévision pour se consacrer au cinéma, notamment dans plusieurs productions françaises, ce qui a pu contribuer à un certain effacement dans l'esprit des téléspectateurs. On peut actuellement le voir dans le film 5150, rue des Ormes. 

Position dans la cohorte
Parmi les quatre personnalités étudiées, Marc-André Grondin arrive derrière Patrick Huard, Patrick Labbé et Raymond Bouchard. Des quatre, il est sans conteste le plus discret à la télévision, ce qui confirme l'impact capital du petit écran sur la popularité de nos artistes.

L'étude a été réalisée du 13 au 19 août 2009 par un sondage web auprès d'un échantillon représentatif de 1474 Québécois de 18-64 ans issus du panel d'Ipsos.

comments powered by Disqus